Dossier : Dakar 2009

Dakar 2009, le rallye au jour le jour

 

Etape après étape, revivez l'avancée de nos deux pilotes Ronan Chabot et Gilles Pillot.

 
 

<< Retour au sommaire Archives Sports et Loisirs

 
17 janvier - étape 14/14 : Ronan et Gilles, 3e de la catégorie T2 !
 
 
Etape 14_Podium
Catégorie T2 : 3e position
De Cordoba à Buenos Aires
Liaison : 224 km - Spéciale : 227 km -
Liaison : 341 km
Total : 792 km

La 30e édition du Dakar arrive déjà à son terme !
Nos deux pilotes font le bilan et adressent leurs remerciements : « Ce Dakar restera dans nos souvenirs comme une belle course. Nous terminons dans les vingt premiers, un beau résultat au regard du nombre et de la valeur des concurrents au départ » confie Ronan, rappelant à cet égard tout le travail réalisé par les mécaniciens et les personnes du service Compétition de Toyota France « qui ont œuvré dans un grand esprit d’équipe ». « Merci également à tous nos partenaires qui s'engagent régulièrement à nos cotés depuis maintenant sept ans » conclut Ronan.
Concernant la venue du Dakar en Amérique du Sud, il se montre enthousiaste : « Nous avons pris beaucoup de plaisir dans ces spéciales difficiles, qui ont fait souffrir les mécaniques et les hommes ».
Nos deux pilotes pensent déjà à la prochaine édition, pour laquelle leur détermination est sans faille : « nous ne remportons pas la catégorie Production, ce qui constituait notre principal challenge, mais nous reviendrons pour le faire ! » lance-t-il.
Le rendez-vous est donc pris !
A l’année prochaine !
 
 


16 janvier - étape 13/14 : arrivée en vue pour Ronan et Gilles
 
 
Etape 13
Catégorie T2 : 3e position – Classement général : 19e position
De La Rioja à Cordoba
Liaison : 161 km - Spéciale : 545 km - Liaison : 47 km
Total : 753 km

Pour des raisons d’intempéries, la spéciale fut raccourcie à 220 km.
Cette étape s'est déroulée plus calmement que la précédente. Nos deux pilotes en avait effectivement « bavé » dixit Ronan. Et le fait que le Land Cruiser ait fait deux tonneaux au ralenti n'est qu'une raison parmi d'autres !
Nos deux cascadeurs ont néanmoins réussi à passer tous les way points « même ceux qui étaient au sommet d'une dune. Certains concurrents n'ont pas eu le même courage... » se félicite Ronan.
Nos deux pilotes prirent moins de risque lors de cette treizième étape : « nous avons retrouvé des pistes typées bajas ou WRC. Il y avait énormément de public, beaucoup de poussière et pas de vent. C’était une procession les uns derrière les autres. Dépasser demandait une prise de risques inutile », surtout à la veille de l'arrivée !
 
 


15 janvier - étape 12/14 : une étape à la hauteur de sa réputation
 
 
etape12
Catégorie T2 : 3e position – Classement général : 16e position
De Fiambala à La Rioja
Liaison : 4 km - Spéciale : 253 km - Liaison : 261 km
Total : 518 km

A ce jour, cette étape fut de loin la plus difficile du rallye : d’infranchissables dunes blanches (les dernières !) ont freiné l’avancée de nos deux pilotes qui ont mis plus de 9h pour parcourir 220 km…
Malgré tout, le Land Cruiser est parvenu à conserver sa place dans le haut des classements.
 
 


14 janvier - étape 11/14 : une belle étape de liaison entre le Chili et l’Argentine
 
 
etape11
De Copiapo à Fiambala
Liaison : 20 km - Spéciale : 215 km - Liaison : 445 km
Total : 680 km

Cette étape est annulée, pour des raisons météorologiques. Les concurrents effectuent à la place une liaison de 500 km jusqu’à Fiambala.
Encore éprouvés par l’étape d’hier, nos deux pilotes ont accueilli cette nouvelle avec un léger soulagement.
Faute de spéciale, Ronan et Gilles ont donc pu profiter d’ « une très belle route de montagne, à travers des paysages magnifiques » raconte ce premier. « La route grimpait jusqu’à 4 726 mètres d’altitude, avec des paysages magnifiques, un très beau lac à 3 800 mètres, des salines, des roches multicolores, rouges, vertes, grises, etc. L’accueil à Fiambala, une toute petite bourgade écrasée de soleil, était vraiment très chaleureux » poursuit-il, sans oublier pour autant les raisons de leur présence sur le sol sud-américain : « on apercevait au loin les dunes blanches, que nous affronterons lors de la douzième étape »…
De leur côté, les mécaniciens ont refait à neuf le Land Cruiser.
 
 


13 janvier - étape 10/14 : une fin d’étape difficile pour le Toys Land Cruiser
 
 
Etape 10
Catégorie T2 : position indisponible
De Copiapo à Copiapo
Liaison : 20 km - Spéciale : 666 km - Liaison : 0 km
Total : 686 km

La spéciale, initialement prévue sur 670 km a été raccourcie à 476 km, tandis qu’un épais brouillard a retardé le départ de plusieurs heures. Cette étape n'en restait pas moins très attendue car réputée la plus difficile du rallye…
Une promesse tenue !
Beaucoup de concurrents sont restés bloqués dans le premier cordon de dunes. 300 km de montagnes arrivaient ensuite.
Nos deux pilotes avaient dépassé ces obstacles lorsque dans les 100 derniers kilomètres de sables et de dunes, « dans une petite dunette qui n’avait rien de compliqué, nous sommes tombés dans une cuvette. Un pneu a déjanté et la voiture était en croisement de pont » se rappelle Ronan.
La course s’est malheureusement achevée à la lueur des phares, avec une arrivée au bivouac après la fermeture des classements informatiques.
 
 


12 janvier - étape 9/14 : victoire d’étape en catégorie Production !
 
 
Etape9
Catégorie T2 : 3e position – Classement général : 20e position
De La Serena à Copiapo
Liaison : 88 km - Spéciale : 449 km - Liaison : 0 km
Total : 537 km
La détermination de nos deux pilotes était sans faille : « nous sommes partis le couteau entre les dents » a lancé Ronan, dans une étape dont les mises à l’épreuve ne manquaient pas.
Sur 430 km à travers le désert d’Atacama, les pistes furent d’abord plus ou moins roulantes. Des dunes obligèrent Ronan et Gilles à dégonfler les pneus de la Toyota en fin de spéciale. «Il y avait trois grosses montées que nous avons passé in extremis» a ajouté Ronan
« La navigation n’était pas aisée, mais Gilles s’en est très bien sorti » a souligné le pilote globalement très satisfait : « ce fut une belle journée, sur la plus belle spéciale du rallye jusqu’à maintenant. »
La stratégie de l’équipage s’est révélée payante avec une victoire d’étape, un très bon positionnement dans les classements, et un écart avec le leader Nicolas Gibon, réduit.
 
 


11 janvier - étape 8/14 : une reprise en douceur
 
 
Etape 8_2
Catégorie T2 : 3e position - Classement général : 21e position
De Valparaiso à La Serena
Liaison : 245 km - Spéciale : 294 km - Liaison : 113 km
Total : 652 km

Cette étape fut une mise en bouche avant les quatre prochaines étapes appréhendées comme difficiles. Les deux liaisons étaient assez longues tandis que les 294 km de la spéciale se révélèrent très roulants.
Seul inconvénient : des dépassements impossibles pour nos deux pilotes. « Les pistes de montagne [étaient] étroites, comprenant quelques passages de cols empierrés » explique Ronan.
Toute l’attention était de toute façon portée vers les journées à venir : une fois arrivés au bivouac, la voiture a été particulièrement bien révisée et Gilles a peaufiné la préparation de son road-book.
 
 


10 janvier - Journée de repos... et de bilans
 
 
Journée de repos
Un bilan d'abord d'ordre physique : « cette journée de repos a fait du bien à tous ! » souffle Ronan.
Pour la voiture ensuite : « Comme il reste quatre grosses spéciales à disputer, dont une étape-marathon sans assistance au milieu, nous avons effectué beaucoup de travail préventif sur notre Land Cruiser » explique-t-il. L'occasion donc d'habiller la voiture de triangles, de fusées et d'amortisseurs flambants neufs!
Sur le Dakar enfin, que Ronan juge différent, en raison des paysages mais aussi et surtout des difficultés nouvelles que ceux-là impliquent. « De plus, il y avait beaucoup de camions de course au départ, et la cohabitation avec eux est de plus en plus ardue voire impossible. C’est un problème qu’il faudra revoir dans le futur » conclut-il.
 
 


9 janvier - étape 7/14 : Valparaiso, terre promise...
 
 
Etape 7_2
Catégorie T2 : 3e position - Classement général : 24e position
De Mendoza (Argentine) à Valparaiso (Chili)
Liaison : 80 km - Spéciale : 419 km - Liaison : 317 km
Total : 816 km

Cette septième étape est elle aussi raccourcie, suite aux difficultés rencontrées hier : la spéciale s'achèvera donc au kilomètre 243.
Dernière étape avant la journée de repos !
Son intérêt n'en fut pas diminué pour autant, d'un point de vue sportif d'abord : « la première partie se déroulait sur des pistes sablonneuses, très cassantes, avec de nombreux 'whoops' » commente Ronan.
Mais aussi eu égard aux fabuleux paysages sud-américains accueillant les concurrents du Dakar : « les paysages étaient vraiment magnifiques, avec de gigantesques montagnes enneigées en toile de fond. […] Le bivouac est installé dans un superbe endroit, surplombant l’océan Pacifique » décrit Ronan.
Autant de facteurs stimulants qui ont permis aux deux pilotes de creuser les écarts.
 
 


8 janvier - étape 6/14 : une étape raccourcie mais payante
 
 
etape6
Catégorie T2 : 3e position - Classement général : 29e position
De San Rafael à Mendoza
Liaison : 76 km - Spéciale : 395 km - Liaison : 154 km
Total : 625 km


Ce jour fut endeuillé par la mort de Pascal Terry, un motard participant au rallye.

En raison des difficultés de la veille et d’un gué en crue, cette sixième étape fut abrégée, la spéciale prenant fin à La Junta, kilomètre 178.
Cette sixième étape s'est malgré tout déroulée sans entraves particulières grâce à une voiture équipée de pneus sables capables de franchir plus aisément les dunes.
Nos deux pilotes devaient toutefois prendre gare à ne pas relâcher leur attention : « les dunes sont particulièrement pentues et très cassées. Il ne fallait pas rater un rapport de vitesse, sous peine de se 'planter' illico » analyse Ronan.
Surtout que la concurrence devient rude entre les meilleurs de la catégorie : les deux Toyota du team Toyota Auto Body et le Nissan Pathfinder de Strugo. « C’est entre eux et nous que va désormais se jouer la victoire de groupe » lance Ronan, suggérant une course à venir pleines de rebondissements...
Cette étape tranquille a en tout cas permis à Ronan et Gilles de profiter des applaudissements et des encouragements lancés par les spectateurs tout au long des quinze derniers kilomètres avant le bivouac !
 
 


7 janvier - étape 5/14 : une belle et difficile journée de rallye-raid
 
 
Etape 5
Classement général : 29e position
De Neuquen à San Rafae
Liaison : 173 km - Spéciale : 506 km - Liaison : 84 km
Total : 763 km

Cette étape « était une vraie journée de rallye raid » selon Ronan : le fesh fesh et les dunes de sable noir ont en effet mobilisé toute l’attention de nos pilotes.
Ronan Chabot et Gilles Pillot était ainsi parvenus à déjouer presque toutes ces difficultés lorsqu’à moins de 2 km de la fin des dunes, ils se sont malheureusement posés dans une cuvette de sable… Comme la plupart des autres voitures. L’équipage n’a donc quasiment pas perdu de place au classement de la catégorie T2.
Le mauvais sort s’est toutefois acharné puisqu’un orage de grêle a collé le sable aux roues du Toyota, compliquant encore davantage la tache de nos pilotes...
Conclusion: « nous sommes enfin rentrés dans un vrai Dakar ! » s’est enthousiasmé Ronan, fatigué mais satisfait de sa journée.
 
 


6 janvier - étape 4/14 : une bonne position confortée !
 
 
Etape 4
Catégorie T2 : 3e position
De Jacobacci à Neuquen
Liaison : 4 km - Spéciale : 459 km - Liaison : 25 km
Total : 488 km

Pour cette étape, les difficultés ne manquaient pas : du sable très mou, un oued avec des marches en rocher assez hautes, une zone de fesh fesh…
Et pourtant, Ronan Chabot et Gilles Pillot ont réussi à signer le 2e temps de la catégorie Production, confortant ainsi leur 3e rang dans cette même catégorie.
Il faut souligner les performances du Toyota Land Cruiser dont la rapidité a permis aux pilotes de doubler une douzaine de concurrents !
Quant aux prochaines étapes, elles s’annoncent tout aussi réussies : « Nous sommes en pleine forme, et la voiture également » a précisé Ronan…
 
 


5 janvier - étape 3/14 :  une remontée spectaculaire !
 
 
Etape 3
Catégorie T2 : 3e position
De Puerto Madryn à Jacobacci
Liaison : 70 km - Spéciale : 551 km - Liaison : 73 km
Total : 694 km

Oubliée l’étape d’hier et ses fesh fesh ! « Après une journée ‘sans’, nous avons connu une journée parfaite » s’est enthousiasmé Ronan.
Et pour cause : au prix d’une attaque incessante, le Toyota Land Cruiser a doublé plus d’une cinquantaine de concurrents. Il a ainsi réalisé le 3e temps de la catégorie production et se classe de nouveau parmi les premières places des classements.
Mais le Dakar nous a réservé également une autre surprise : en quelques heures, les températures estivales régnant au bord de l’Atlantique se sont transformées en un temps gris et pluvieux, obligeant les équipages à ressortir blousons polaires et bonnets !
 
 


4 janvier - étape 2/14 : maudit fesh fesh !
 
 
Etape 2
Catégorie T2 : 13e position
De Santa Rosa à Puerto Madryn
Liaison : 0 km - Spéciale : 237 km - Liaison : 600 km
Total : 837 km

Le Toyota Land Cruiser fut confronté à un premier obstacle : une zone de fesh-fesh, c’est-à-dire un amas de poussière blanche sans consistance.
Devenue vite impraticable suite au passage des premiers véhicules, Ronan Chabot et Gilles Pillot sont restés bloqués plus d’une heure ! « Heureusement » en compagnie de leurs principaux adversaires, Miki Biasion et Jean-Pierre Strugo…
Le soir au bivouac, les mécaniciens ont changé l’embrayage, fatigué après cet incident. Nos deux pilotes s’élanceront donc dans la 3e étape au volant d’une voiture quasiment neuve.
 
 


3 janvier - étape 1/14 : un début vraiment très facile...
 
 
Etape 1
Catégorie T2 : 7e position – Classement général : 48e position
De Buenos aires à Santa Rosa de la Pampa
Liaison : 196 km - Spéciale : 371 km - Liaison : 166 km
Total : 733 km

Pour cette première étape, nos deux pilotes n’ont connu aucune difficulté de pilotage ni de navigation : « les pistes étaient très roulantes, avec de grands virages en équerre au milieu des champs » a commenté Ronan. « Il fallait simplement éviter de glisser dans les fossés bordant les pistes »…
C’est finalement la poussière qui suscita la plus grande gêne, en obligeant les équipages à se suivre à distance les uns les autres.
Une première étape jugée donc très facile : « c’était presque une journée de liaison, qui n’a absolument pas fatigué la voiture » a ajouté Ronan.
 
 


Pré-vérification
 
 
Parcourd étape 1
La Toyota Land Cruiser est prête à prendre le départ.
Ronan Chabot et Gilles Pillot sont confiants : ce même modèle leur a déjà permis en 2008 de remporter la catégorie Production lors de la Transorientale Saint Petersbourg-Pékin, mais aussi lors du rallye du Maroc.
Au volant d’une voiture que Ronan Chabot estime « au top », nos deux pilotes ont également une autre raison de partir sereins : l’Amérique latine ne leur est pas tout à fait inconnue puisqu’ils ont participé au rallye Patagonia-Atacama en 2005, où ils ont, là encore, remporté la catégorie Production, et se sont classés 6e au général.
 
 
Parcours Dakar 2
 
 
 
Pour suivre le rythme de notre Toyota Land Cruiser, rendez-vous sur le site de notre partenaire Toys Motors Sport.
Vous y trouverez un résumé de la spéciale du jour et celui des étapes précédentes, sans oublier le tracé du parcours.
 

<< Retour au sommaire Archives Sports et Loisirs

Article suivant : Le Dakar 2009 en images

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

143 627 annonces auto

Citroën C3

Voir l'annonce

Citroën Grand C4 Picasso

Voir l'annonce

Volkswagen Golf

Voir l'annonce

Land-Rover Range rover velar

Voir l'annonce

Toyota Aygo

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Dakar 2009