Quand les conducteurs français résistent toujours au covoiturage

 
Un homme seul conduisant une voiture
Entre 8h et 10h, le nombre de conducteurs français seuls dans leur voiture varie de 87% à 78%, selon l'étude de Vinci sur l'autosolisme. - Photography ljubaphoto / Getty Images©

 
D’après l’étude de Vinci, plus de 8 conducteurs français sur 10 sont seuls dans leur voiture aux heures de pointe dans 10 métropoles. Elle révèle un taux d'autosolisme de 83,3% entre 7h et 10h du matin. Le covoiturage peine à se développer malgré les incitations du gouvernement.

L'étude de Vinci qui montre les habitudes de conduite des conducteurs français

Une récente étude menée par Vinci entre mai et juin 2023, portant sur plus de 500 000 véhicules scrutés en dehors des heures scolaires grâce à des caméras et une analyse assistée par intelligence artificielle, a montré à quel point les conducteurs français ont du mal à changer leurs habitudes et comportements au volant. En effet, dans 83,3% des cas, ces derniers étaient les seuls occupants de leur véhicule, quel que soit le type de voiture : citadine, monospace familial, berline, 4x4 et SUV... Ce phénomène, baptisé "autosolisme", atteint son paroxysme à 87% aux alentours de 8 heures du matin, pour ensuite amorcer une nette décroissance après 9 heures, atteignant un taux de 78% vers 10 heures. Ces données mettent en lumière les habitudes des conducteurs français en dehors des périodes scolaires, offrant ainsi un aperçu intéressant de leur comportement sur la route.

Autosolisme : un frein à la transition écologique selon le gestionnaire Vinci

Dans son dernier communiqué, le gestionnaire constate avec attention que malgré l'intérêt croissant des conducteurs français pour le covoiturage, les trajets domicile-travail demeurent majoritairement solitaires. En effet, selon leurs observations, 83,3% des conducteurs français sont encore très adeptes de l’autosolisme ou le fait de conduire seul lors de ces trajets en voiture. Bien que cette proportion présente une légère baisse par rapport aux 85% relevés à l'automne 2022, elle demeure "insuffisante pour atteindre l'objectif de 1,75 personne en moyenne par véhicule" fixé par le gouvernement, souligne Vinci. Pour inverser cette tendance, une multiplication par deux du nombre de covoitureurs est nécessaire, mettant en avant l'importance d'encourager davantage cette pratique. Il y a donc un écart entre ce que les conducteurs français pensent et ce qu’ils font au quotidien : changer ses habitudes et passer à l’autopartage, n’est pas si évident pour beaucoup. Pourtant, beaucoup d’entre eux conduisent des voitures de type espace ou familiale, donc de grands véhicules pouvant accueillir plus de 4 passagers.

Covoiturage : quels sont les axes routiers les plus et les moins solitaires de France ?

Dans les dernières données analysées, la moyenne de personnes par véhicule lors des trajets domicile-travail atteint 1,26 : cela montre une légère progression par rapport à la moyenne de 1,24 enregistrée à l'automne 2022.


Cependant, cette hausse demeure insuffisante pour atteindre l'objectif fixé par le gouvernement de 1,75 personne en moyenne par véhicule en matière de covoiturage. Vinci, qui a minutieusement observé le trafic sur 18 axes routiers, a souligné que l'autoroute A10 en Île-de-France enregistre le taux d'autosolisme le plus bas, avec 74,5%, marquant une amélioration depuis la dernière étude.


À l'inverse, les autoroutes A7 et A50 à Marseille, ainsi que l'A11 à Nantes, affichent des taux de plus de 95% de conducteurs français solitaires, tandis que l'A83 à Nantes présente un taux de 76% d’automobilistes roulant en solitaire. Cette analyse met en évidence la nécessité de favoriser le covoiturage pour révolutionner l'utilisation des véhicules : économie de carburant, frais de déplacement, réduction de la pollution et des embouteillages...

Aix-Marseille affiche un taux record d’automobilistes solitaires sur ses autoroutes

Dans cette dernière enquête, Vinci a mis en lumière une situation singulière concernant quatre sites majeurs de la Métropole Aix-Marseille-Provence (A55, A51, A50 et A7) qui, examinés pour la première fois, présentent un taux record d'autosolisme, dépassant les 93%.


Ces résultats particuliers n'ont pas été intégrés à la moyenne nationale, ce qui permet de mieux comparer les évolutions avec les éditions précédentes. Il est important de noter que le taux de conducteurs français circulant seuls dans leur voiture sur ces axes dépasse la moyenne enregistrée dans dix autres agglomérations examinées.


Cette analyse soulève des questions cruciales quant à l'utilisation de la voiture individuelle et invite les conducteurs français à réfléchir à des solutions favorisant l’autopartage et l'optimisation des déplacements quotidiens.

Étude : les projections du gouvernement sur l’autopartage pour la décennie 2020-2030

Dans le contexte de la transition écologique visant à drastiquement réduire les émissions de gaz à effet de serre issues du secteur des transports d'ici à 2030, le gouvernement hexagonal mise sur une stratégie inclusive.


En plus de l'intégration croissante de véhicules électriques, une étude prospective met en avant une croissance exponentielle du covoiturage régulier. Actuellement, avec 21 000 trajets quotidiens en 2023, l'objectif ambitieux est de porter ce chiffre à 196 000 d'ici à 2030. Cette étude projette ainsi une transformation profonde des habitudes de déplacement des conducteurs français, mettant l'accent sur la nécessité de partager les trajets pour atteindre les objectifs environnementaux fixés pour la décennie à venir. Le saviez-vous ? Vous pouvez retrouver des offres de covoiturage sur des sites de petites annonces auto comme sur le site ParuVendu ! Découvrez vite ces petites annonces d’autopartage pour faire vos trajets domicile-travail avec des gens qui habitent près de chez vous.

Un plan de 150 millions d'euros pour inciter les propriétaires de voitures à partager leur trajet

En décembre 2023, les ministères de la Transition écologique, de la Transition énergétique et des Transports avaient dévoilé une mesure incitative en faveur des conducteurs français. Celle-ci prévoit qu'en optant pour le covoiturage en 2023, ces automobilistes pourront recevoir une prime de 100 euros. Ce dispositif s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de mobilité doté d'une enveloppe totale de 150 millions d'euros, visant à encourager activement le recours à ce mode de déplacement. Une incitation financière stratégique pour encourager les conducteurs français à adopter cette pratique et ainsi contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports.


Ne ratez aucune de nos actualités en suivant la page Facebook de ParuVendu.


Avec ETX / DailyUp

 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

David Lefebvre le 30/11/2023

225 340 annonces auto

Tesla Model 3

Voir l'annonce

Mercedes Classe GLC

Voir l'annonce

BMW Série 1

Voir l'annonce

Volkswagen Polo

Voir l'annonce

Tesla Model 3

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Quand les conducteurs français résistent toujours au covoiturage

Découvrez l'étude de Vinci sur les conducteurs français sur leurs habitudes en voiture et le covoiturage et les métropoles et axes où l'autopartage est peu choisi