Voiture électrique en Europe : stratégies et défis pour une mobilité durable

 
Une femme rechargeant sa voiture electrique

Le prix est le principal frein à l'adoption de la voiture électrique en Europe, révèle l'ACEA. - Photography Kikujiarm / Getty Images©


En Europe, comme ailleurs dans le monde, la voiture électrique est cruciale pour le climat, mais les ventes fluctuent après avoir connu un gros boom. Les constructeurs auto s'adaptent, visant à transformer la mobilité malgré une intention d'achat hésitante.


La voiture électrique en Europe face à un ralentissement du marché

Alors que l'Union européenne prévoit d'interdire la vente de voitures thermiques neuves dès 2035, le marché des véhicules rechargeables "zéro émission" et de la voiture électrique en Europe peine à maintenir son élan. Au cours des derniers mois, une stagnation notable a été observée. Selon les données récentes, la part de marché des voitures électriques a chuté, passant à 12% ou moins depuis le début de l'année, comparé à 14,6% l'année précédente. Cette tendance est particulièrement marquée en Allemagne, premier marché automobile européen, qui a brusquement supprimé ses aides à l'achat de voitures électriques fin 2023, entraînant un ralentissement significatif. Sigrid de Vries, secrétaire générale de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), exprime son "inquiétude" face à cette situation préoccupante pour l'industrie de la voiture électrique en Europe. Pourtant les voitures rechargeables sont l’avenir de la mobilité en France et en Europe.

Ventes automobiles européennes : le prix, principal frein à la décarbonation

D'après l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), moins de 30% des Européens manifestent une volonté d'acheter un véhicule zéro émission, ralentissant ainsi les ventes de voiture électrique en Europe. Cependant, plus de la moitié excluent de dépasser les 35 000 euros pour leur acquisition, un seuil où les options électriques sont encore limitées. Cette révélation intervient alors que l'horizon 2035 se rapproche rapidement, soulignant l'urgence d'une transition accélérée vers des modèles à motorisation propre. Sigrid de Vries, représentante de l'ACEA, a souligné lors d'une récente conférence sur les voitures électriques à Lillestrøm, près d'Oslo, que cette échéance est imminente, nécessitant une transition fulgurante pour atteindre une flotte automobile totalement propre (CritAir 1) en dix ans seulement, passant de 15% actuellement à 100%. La voiture, principal mode de transport des Européens, contribue à environ 15% des émissions de CO2 du continent, faisant de sa décarbonation et de la transition vers la voiture électrique en Europe un impératif majeur pour respecter les objectifs climatiques de Bruxelles.

Électrification du parc automobile : la Norvège, un leader hors UE

La Norvège, pays hôte de la conférence et important producteur d'hydrocarbures malgré son statut non membre de l'UE (mais membre de l’EEE - espace économique européen), se positionne en tant que modèle dans l'électrification du parc automobile et de l’adoption de la voiture électrique en Europe. Avec des incitations fiscales particulièrement attractives, le marché de l’électromobilité y prospère, porté notamment par la marque auto Tesla, qui domine les nouvelles immatriculations avec une part de marché de 90% au premier trimestre. Le royaume s'est même fixé l'ambitieux objectif d'atteindre une flotte automobile entièrement électrique dès 2025 et de compter parmi les pays où le marché de la voiture électrique en Europe fleurit. Cette transition est si marquée que des constructeurs renommés tels que Volkswagen et Volvo ont déjà abandonné la commercialisation de leurs modèles thermiques (véhicules diesel et essence) sur ce territoire nordique.

L'intention d'achat de véhicules zéro émission face à des obstacles règlementaires

Par ailleurs, l'intention d'achat de voiture électrique en Europe progresse à un rythme plus lent, notamment dans d’autres régions. Au Royaume-Uni, le report de cinq ans de l'interdiction des ventes de voitures thermiques neuves, maintenant prévue pour 2035, suscite des doutes quant à la réalisation de cet objectif sur le continent. Malgré ces incertitudes, Nissan auto, l'un des premiers constructeurs automobiles traditionnels à se diversifier dans le domaine des véhicules rechargeables avec sa célèbre citadine Leaf, reste confiant. Les fluctuations des ventes de véhicules n'entament pas sa détermination, alors même que le paysage automobile navigue entre les défis de la transition vers la voiture électrique en Europe et les ajustements règlementaires.

Constructeurs auto : Volkswagen, Stellantis et Renault préparent l'avenir en mode vert

"La fluctuation est une constante", explique Guillaume Pelletreau, vice-président régional en charge de l'électrification et des services connectés, lors d'une interview avec l'AFP. Selon lui, le marché de la voiture électrique en Europe a connu une énorme évolution sur les deux dernières années, toutefois, une stabilisation du processus est observée. Malgré cela, la tendance globale est à la hausse." De grands constructeurs auto tels que Volkswagen, Stellantis et Renault envisagent de lancer des modèles électriques plus abordables dans les mois à venir et c’est sans compter le succès grandissant des microcars électriques comme l’AMI de Citroën, idéale pour les petits trajets en ville et agglo avec ses 75 km d’autonomie. Cependant, ils comptent également sur leurs modèles hybrides rechargeables pour stimuler leurs ventes de voiture électrique en Europe.

Mobilité durable : les pays européens à la recherche d’un équilibre pour les trajets en voiture

En France, l'octroi d'une importante subvention en faveur de la mobilité durable par l'État aux ménages à faible revenu a entraîné une explosion des ventes de voitures électriques pendant plusieurs semaines. Cependant, malgré cette poussée, les professionnels soulignent plusieurs obstacles, notamment la lenteur du déploiement des infrastructures de recharge, un défi majeur à relever à l'échelle nationale. Dans l'Union européenne, plus de la moitié des points de recharge se concentrent dans seulement deux pays, l'Allemagne et les Pays-Bas, selon les données de l'ACEA. En Espagne, où les véhicules ne sont remplacés en moyenne que tous les 14 ans, 65% des conducteurs se garent dans la rue, rendant la recharge à domicile difficile. Isabel Gorgoso, directrice des "nouvelles mobilités" chez Cepsa, souligne que l'Espagne connaît une situation similaire à celle de la Norvège il y a dix ans, indiquant un potentiel de croissance important pour voiture électrique en Europe et dans le pays.

L'impact des politiques nationales et des mouvements populistes sur l'industrie de l’électromobilité

Parmi les autres obstacles à la progression de la voiture électrique en Europe, on note la prolifération des règlementations, atteignant jusqu'à neuf nouvelles règles par an au niveau en Europe, ainsi que l'incohérence des politiques nationales. Cette dernière pourrait être accentuée par la montée des mouvements populistes, souvent sceptiques à l'égard du changement climatique. Sigrid de Vries, secrétaire générale de l'ACEA met en garde contre les prochaines élections européennes à haut risque, soulignant que les événements des mois à venir pourraient avoir un impact décisif sur l'avenir de l'industrie automobile et de la voiture électrique en Europe.


Suivez toute l’actu sur le marché de la voiture électrique en Europe et en France sur la page Facebook ParuVendu.


Avec ETX / DailyUp

 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

David Lefebvre le 17/05/2024

145 342 annonces auto

Peugeot 208

Voir l'annonce

Citroën C3

Voir l'annonce

Citroën C4 Picasso

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Voiture électrique en Europe : stratégies et défis pour une mobilité durable

Informez-vous sur l'adoption de la voiture électrique en Europe : intention d'achat,ventes, efforts des constructeurs auto pour la mobilité verte et l'électrification