Dossier : Acheter sa moto

Faire un essai avant d'acheter votre moto

 

Après l’examen statique, l’essai dynamique de la moto est indispensable pour se faire une idée précise de son état de santé. Et pour cela, nul besoin d’être un expert en mécanique. Suivez juste les conseils qui suivent ! 

 
 
 
216_Essai moto
Faire un essai
Il n’est pas toujours évident pour le vendeur de confier sa moto à un inconnu, ne serait-ce que par crainte de voir un pseudo acheteur se transformer en vrai voleur.
  • Pour rassurer votre vendeur...
Montrez-lui votre permis moto et confiez-lui une ou même deux pièces d’identité (carte d’identité, permis, passeport) durant la durée de l’essai et proposez-lui de monter derrière vous… si la perspective de se retrouver passager d’un pilote dont il ignore la compétence ne l’angoisse pas trop.
Le plus judicieux est de vous rendre au rendez-vous fixé pour l’essai en compagnie d’un ami qui pourra éventuellement servir… d’otage. Et si cet ami s’y connaît en moto, c’est encore mieux, surtout si vous êtes un motard débutant.
  • Votre vendeur peut vous refuser l'essai de sa machine
Il peut prétexter des problèmes de vol ou d’assurance. Cependant, il ne doit pas vous refuser l’essai en qualité de passager, ce qui vous permettra de jauger, hélas superficiellement, les capacités de la machine.
Rien ne remplacera cependant un vrai essai réalisé par vos soins car un pilote habitué à sa machine peut habilement adapter son pilotage pour en « camoufler » les derniers défauts.


Toutes les clés d'un essai "parlant"
 
 
215_Auto_UNE
Si l’inspection de la machine à l’arrêt permet déjà de se faire une petite idée de son état général, seul un essai dynamique permet de révéler des problèmes provenant du moteur, de la boîte de vitesses et de la partie-cycle.
  • Démarrage
Une moto démarre plus facilement à chaud qu’à froid. Le vendeur peut donc avoir déjà fait tourner le moteur pour dissimuler des démarrages laborieux à froid. Mieux vaut donc discuter un petit moment avec lui (et en profiter pour inspecter la machine !) avant de démarrer, vous-même, la moto.
A froid, starter tiré (si la moto ne bénéficie pas de l’injection), le moteur doit démarrer du premier coup. Après quelques dizaines de secondes, repoussez le starter. Le moteur doit tourner sur son régime de ralenti sans saccades… sauf s’il s’agit d’un bicylindre en V de Harley-Davidson dont le ralenti irrégulier est l’une des caractéristiques…déposée !
Une fois le moteur en température (et jamais avant !) donnez un grand coup de gaz. Le moteur ne doit pas s’étouffer mais prendre ses tours franchement.

  • Les freins
Après vous être assuré qu’il n’y a personne derrière, testez séparément le frein avant et le frein arrière. Les commandes ne doivent pas être spongieuses.
Attention, sur certaines machines sportives, l’attaque du frein avant peut être assez violente. Méfiance si vous essayez la moto sous la pluie !

  • L’embrayage
La garde du levier d’embrayage doit être d’environ 10 mm. A l’arrêt, montez et descendez les rapports qui doivent passer sans craquements. Ne pas confondre un petit claquement qui peut être normal au passage de la première avec des craquements prolongés au passage de chacun des rapports, signes d’un embrayage « rincé » ou d’une boîte de vitesses bien fatiguée.
Pour savoir si l’embrayage est réellement usé, le plus simple est de vous caler à 5.000 tr/min sur le 5ème ou le 6ème rapport et d’accélérez à fond. Si l’aiguille du compte-tours grimpe comme une folle vers la zone rouge alors que la moto n’accélère pas franchement, cela signifie que les garnitures de l’embrayage sont hors de service ou, pire, que la cloche d’embrayage a souffert.

  • La partie-cycle
La moto doit bien entendu freiner « en ligne » et la fourche avant ne doit pas s’écraser exagérément sur un freinage appuyé.
Sur une route dégagée, faites un petit test de slalom, comme celui du permis. La mise sur l’angle doit se faire aussi aisément en virant à droite qu’en virant à gauche.

  • « Sans les mains » !
Et pour finir, sur une chaussé pas trop bombée, lâchez le guidon sur quelques dizaines de mètres. La moto doit rouler droit et aucun « shimmy » ne doit animer le guidon.


Check-list des points à vérifier
 
 
guzzi stelvio 5
Histoire de ne rien oublier, pensez à imprimer ce petit listing que vous emporterez avec vous à l’occasion de votre essai.

□ Roues : contrôlez les flancs des pneus et la profondeur des sculptures ainsi que la tension des rayons… si la moto est équipée de roues à rayons, cela va de soi.

□ Freins : contrôlez l’épaisseur des plaquettes et l’état des disques.

Suspensions : pas de rayures ni de fuites sur les tubes de fourche et sur le ou les combinés arrière.

□ Direction : pas de points durs ni de jeu dans la colonne de direction.

□ Commodos : vérifiez l’ensemble des commandes électriques et le bon fonctionnement des organes qu’elles commandent : feux de position, feux de croisement, feux de route, clignotants, avertisseur sonore, appel de phare, coupe circuit, feux stop (avec le frein avant et avec le frein arrière), éclairage de plaque, voyants et éclairage du tableau de bord.

□ Commandes : vérifiez l’état des câbles qui ne doivent pas être effilochés. Contrôlez la garde du levier d’embrayage (10 mm maxi) et celle de la poignée des gaz (5 mm environ).

□ Moteur : vérifiez les niveaux (huile, liquides de frein et de refroidissement) et assurez-vous de l’absence de fuites au niveau du moteur et du radiateur (en cas de refroidissement par eau). Moteur chaud et tournant, et moto à l’arrêt, vérifiez que le ventilateur se met en marche au bout de quelques minutes.
 

Article suivant : Moto d'occasion : les points à vérifier avant d'acheter

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D.Allignol

Voir aussi
144 507 annonces auto

Renault Scenic IV

Voir l'annonce

Seat Ibiza

Voir l'annonce

Opel Crossland X

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce

Abarth Grande Punto

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Acheter sa moto