Essai Opel Meriva 2003 : entrez dans une autre dimension

 
Marque     Modèle
 
 

Un monospace compact pour le prix d'une citadine, c'est ce qu'offre Opel avec son nouveau Meriva qui s'intercale habilement entre le minuscule Agila et le spacieux Zafira.

 

Date de commercialisation : mai 2003 / Date de l'essai : avril 2003


 

Puce rouge OPEL MERIVA : SOMMAIRE

>> Conception

>> Design

>> Habitabilité

>> Equipements

>> Motorisations

>> Comportement routier

 

Puce rouge CONCEPTION

 
Essai Opel Meriva 2003
 
 

Long de 4,042 m très exactement, le nouveau Opel Meriva mesure environ 30 cm de moins qu'un Citroën Picasso ou qu'un Opel Zafira, et 50 cm de plus que l'autre monospace d'Opel, le petit Agila. L'Opel Meriva est donc l'initiateur d'une nouvelle catégorie de monospace qui ne porte pas encore de nom. Et pour cause, vous en connaissez un, vous, d'adjectif capable de décrire quelque chose se situant entre petit et moyen ?

 

Toujours est-il qu'avec ses dimensions particulièrement compactes, l'Opel Meriva sera comme un poisson dans l'eau en milieu urbain... mais pas seulement ! Sous son capot prennent place des motorisations dont les puissances s'échelonnent de 87 à 125 ch. Le 1.8 l Ecotec, le 4 cylindres essence le plus énergique de la bande, est capable de propulser l'Opel Meriva à plus de 190 km/h, une vitesse largement suffisante (surtout par les temps qui courent !) pour se lancer sur l'autoroute.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge DESIGN 

 

Une modularité maximum

 
Essai Opel Meriva 2003 (2)
 
 

Opel avait créé l'évènement avec le Zafira, capable d'offrir de deux à sept places sans avoir à retirer un seul siège de son habitacle. Le Meriva n'est pas en reste et innove lui-aussi avec son astucieux système "FlexSpace" monté de série sur toutes ses versions.

 

Ce système d'assise intelligent laisse en effet toute liberté pour reconfigurer très rapidement l'habitacle sans jamais avoir à démonter un seul siège. Grâce à lui, le Meriva peut offrir en quelques secondes de deux à cinq places, et même de une à cinq places avec le siège passager avant rabattable monté de série sur la finition Enjoy et en option (85 €) sur la finition de base Essentia et sur la finition la plus "lookée" baptisée Cosmo.

 

De quoi permettre à l'Opel Meriva d'offrir un compartiment de charge à même de passer de 350 dm3 tablette cache-bagages en place, à 2.005 dm3 lorsque les sièges arrière sont repliés et le dossier du siège passager avant rabattu. Précisons encore que dans cette configuration, la longueur disponible est alors de 2,40 m, la taille d'une planche de surf !

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge HABITABILITÉ

 

Une habitabilité surprenante

 
Essai Opel Meriva 2003 (4)
 
 

S'il est beaucoup plus court que le Zafira, l'Opel Meriva dispose d'un empattement pratiquement égal à celui qu'offre son grand frère. Et c'est là que réside le secret de sa surprenante habitabilité. En rejetant ses roues aux quatre coins de la carrosserie, ses concepteurs ont pu concevoir un habitacle dans lequel, en configuration normale, les trois passagers assis à l'arrière disposent de 31 mm de plus pour leurs jambes que dans un Zafira au second rang ! Même s'il est 10 mm moins haut que le Zafira, l'Opel Meriva offre, toujours à l'arrière, une garde au toit supérieure de 27 mm.

 

Et quand vous n'avez pas besoin des cinq places, le système FlexSpace entre en jeu. Les ingénieurs d'Opel ont séparé le système d'assise arrière en trois éléments totalement indépendants. Le dossier du siège central, 15 cm plus étroit que son assise, peut se replier et venir se placer à la même hauteur que les coussins des deux sièges latéraux. Il est alors possible de faire coulisser ces sièges de 75 mm vers l'intérieur grâce à des rails transversaux. Et si vous n'avez pas besoin de la totalité du coffre à bagages, une dernière manipulation s'impose. Désormais resserrés, les deux sièges peuvent passer entre les passages de roues et reculer de 70 mm. Grâce à leurs dossiers dont l'inclinaison peut passer de 23 à 29°, ils offrent alors à leurs occupants un espace "à vivre" digne d'une limousine !

 
 

Quand on découvre l'Opel Meriva on est immédiatement séduit par la simplicité de ses formes toutes rondes. Pas d'artifices gratuits sur cette carrosserie ovoïde dont les surfaces bombées sont rythmées par des arêtes vives et par le léger épaulement qui prend naissance au niveau des phares pour s'effacer au niveau de la troisième vitre latérale.

 

A l'intérieur on apprécie autant la moderne sobriété de la planche de bord que la qualité et le bon ajustage des plastiques qui la composent. Même si le volant n'est réglable qu'en hauteur, on trouve facilement une bonne position de conduite et l'on apprécie la position légèrement surélevée qui procure une bonne visibilité... sauf dans les virages serrés où, comme dans la plupart des monospaces, la trop grande épaisseur des montants de pare-brise est souvent gênante. Et des virages serrés nous allons en avoir tout au long des différents parcours d'essai qui vont nous emmener sur les routes tourmentées serpentant sur les reliefs de l'île de Majorque.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge ÉQUIPEMENTS

 

Un Meriva à la carte

 
Essai Opel Meriva 2003 (3)
 
 
 

Grâce soit rendue aux responsables d'Opel France qui ont délibérément choisi une politique de prix agressive. Avec des tarifs qui démarrent à 12.900 €, le Meriva n'est pas plus cher que les petites citadines françaises. Cette performance est d'autant plus surprenante que le Meriva ne fait appel qu'à très peu d'éléments déjà utilisés sur d'autres modèles de la gamme Opel.

 

Trois niveaux de finition sont proposés, Essentia, Enjoy et Cosmo. Le premier, comme son nom l'indique, offre l'essentiel, et même un peu plus. Il dispose de série :

  • de l'ABS ;
  • d'airbags avant frontaux et latéraux ;
  • de ceintures trois points et d'appuis-tête réglables à toutes les places ;
  • de la direction assistée électrique ;
  • des vitres avant électriques ;
  • la fermeture centralisée par télécommande ;
  • le siège conducteur réglable en hauteur ;
  • le double plancher du coffre qui dissimule un rangement de 60 dm3 ;
  • sans oublier bien sûr le système FlexSpace.

Le second niveau Enjoy joue à fond la carte de la fonctionnalité. Il bénéficie de nombreux rangements supplémentaires (sous le siège passager, au plafond...) dont l'astucieux "Travel Assistant", un système qui se fixe au dos du dossier du siège central arrière. Une fois ce dernier rabattu, le "Travel Assistant" qui comporte deux porte-gobelets escamotables, offre 5 dm3 de rangements supplémentaires sous un plateau coulissant sur 70 mm. Le niveau Enjoy permet de bénéficier également d'une climatisation manuelle, d'un volant réglable en hauteur et du siège passager avant rabattable.

 

La troisième finition Cosmo est la plus "branchée". Elle comprend :

  • des jantes alliage de 15" ;
  • des antibrouillards halogène ;
  • des protection latérales couleur carrosserie et des montants latéraux noirs.

Un nombre important d'options comprenant notamment des équipements audio allant du simple autoradio K7 au lecteur DVD avec écran intégré au plafond, ainsi que plusieurs Packs regroupant des équipements orientés confort, look ou fonctionnalité permettent de se concocter son Opel Meriva à la carte. Pour plus de détails, voir la fiche technique.  

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge MOTORISATIONS

 

Trois moteurs essence pour commencer

 
Essai Opel Meriva 2003 (1)
 
 

En entrée de gamme, l'Opel Meriva reçoit un 1.6 l 8 soupapes de 75 ch qui n'est proposé que sur la finition de base Essentia. Compte tenu du poids conséquent de l'Opel Meriva (1.300 kg) on aura tout intérêt à lui préférer le second 1.6 l 16 soupapes qui développe 100 ch. Ce moteur est le seul qui puisse pour l'instant être accouplé à une boîte robotisée Easytronic proposée en option à 540 €. L'offre moteur la plus puissante est un 1.8 l 16 soupapes de 125 ch qui est indisponible avec le premier niveau Essentia.

 

C'est en automne qu'apparaîtront les deux motorisations diesel, un 1.7 DTI de 75 ch à injection directe classique et un 1.7 DTCI de 100 ch équipé d'une injection directe common rail. Ces deux moteurs pourront dès leur lancement disposer de la boîte robotisée Easytronic qui sera alors également proposée sur le 1.8 l essence. Le turbo diesel 100 ch, comme tous les moteurs essence d'ailleurs, répond aux sévères normes antipollution Euro 4. Capable de propulser l'Opel Meriva à 175 km/h, il fait preuve de sobriété puisque sa consommation moyenne en cycle européen se limite à 5,5 litres aux 100 km.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge COMPORTEMENT ROUTIER 

 

Un comportement routier sécurisant

 
Essai Opel Meriva 2003 (6)
 
 

Grâce aux réglages de ses suspensions et à ses sièges bien dessinés, l'Opel Meriva se révèle très confortable. L'amortissement plutôt souple efface les défauts de la chaussée tout en contenant les mouvements parasites. L'Opel Meriva accuse certes un certain roulis en virage mais il ne donne jamais l'impression de se "vautrer" en piochant sur son train avant dans les courbes les plus serrées. Sur les (rares) grandes lignes droites, la stabilité est bonne même à grande vitesse et la direction à assistance électrique ne présente aucun flou autour du point milieu tout en se révélant précise dans les prises de trajectoire.

 

Si l'on adopte un rythme de conduite très soutenu et, soit dit en passant, en totale contradiction avec sa philosophie familiale, l'Opel Meriva révèle un comportement nettement sous-vireur (c'est l'avant qui glisse en premier) qui aura l'immense avantage de ne jamais mettre en difficulté les conducteurs et conductrices qui n'ont aucune velléité de pilote. Il suffit en effet de lever le pied pour que tout rentre dans l'ordre.

 

Cette conduite indigne d'un "bon de père de famille" nous aura aussi apporté la preuve que, même en cas de freinage d'urgence en courbe, jamais l'essieu arrière ne manifestera l'envie de se dérober. Et c'est tant mieux car un véhicule comme le Meriva n'est pas destiné aux adeptes du contre-braquage ! L' ESP, proposé en option (450 €) sur les finitions Enjoy et Cosmo (mais incompatible avec la boîte Easytronic), ne nous semble donc pas indispensable, du moins sur route sèche. Désolé, il ne pleuvait pas à Majorque ce jour-là !  

 

 

 

↑ Haut de page

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol

146 208 annonces auto

Volkswagen Golf

Voir l'annonce

Peugeot 2008

Voir l'annonce

Peugeot 108

Voir l'annonce

Nissan Micra

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Essai Opel Meriva 2003 : entrez dans une autre dimension

Essai (avril 2003) : un monospace compact pour le prix d'une citadine, c'est ce qu'offre Opel avec son nouveau Meriva qui s'intercale habilement entre le minuscule Agila et le spacieux Zafira...