Essai Suzuki Ignis 2004 : plus grande, plus polyvalente

 
Marque     Modèle
 
 

Mignonne mais pas prétentieuse pour un sou, la nouvelle Suzuki ignis est une petite voiture polyvalente qui entend se positionner à mi-chemin entre véhicule particulier et SUV… et qui le prouve en intégrant dans sa gamme une version à quatre roues motrices permanentes. 

 

Date de commercialisation : janvier 2004 / Date de l'essai : septembre 2003

 
Essai Suzuki Ignis 2004 (1)
 
 

Fabriquée en Hongrie (même les Japonais délocalisent !), la nouvelle Suzuki Ignis est certes une évolution de la première Ignis lancée en 2000, mais son développement, spécialement axé sur le marché européen soit dit en passant, est allé beaucoup plus loin qu'un simple restylage.

 

On remarque d'ailleurs immédiatement un gabarit sensiblement plus imposant (tout est relatif) que celui de l'ancienne version :

  • 15,5 cm de plus en longueur ;
  • 5,5 cm de plus en largeur ;
  • et 2,5 cm de plus en hauteur.

L'empattement, lui, reste inchangé ce qui revient à dire que la majoration de la longueur profite essentiellement au coffre à bagages qui, avec ses 236 dm3 sous tablette cache-bagages, offre 56 dm3 de plus que l'ancienne version.

 

Déjà un bon point pour cette nouvelle Suzuki Ignis qui se veut avant tout une petite citadine pratique et "versatile", un nouveau vocable propre au langage automobile et qui s'applique aux voitures "à tout faire".  

 



Puce rouge UN PETIT AIR DE MERCEDES CLASSE M

 
Essai Suzuki Ignis 2004
 
 

Voilà une comparaison que l'orgueilleuse marque à l'étoile risque de ne pas apprécier ! Et pourtant.

 

De profil (et d'assez loin !), la nouvelle Suzuki Ignis ressemble à une réduction du gros 4x4 de Mercedes, d'abord en raison de ses proportions et de sa garde au sol relativement élevée (17 cm) qui lui donnent des allures de SUV (Sport Utility Vehicle), mais aussi et surtout à cause du dessin caractéristique de sa 3e vitre latérale.

 

De face, on remarque les nouveaux phares verticaux qui remontent haut sur le capot en suivant la courbure des ailes. Ils modernisent incontestablement la voiture. Ces phares intègrent les feux clignotants et leur dessin "en hauteur" a permis d'accroître la largeur de la calandre, au profit d'un meilleur refroidissement du compartiment moteur.

 



Puce rouge UN INTÉRIEUR ACCUEILLANT

 
Essai Suzuki Ignis 2004 (5)
 
 

Il n'y a pas si longtemps, Suzuki n'était pas très regardant sur le design et sur la qualité des plastiques de ses planches de bord. Depuis le restylage du grand Suzuki Vitara, la marque japonaise semble s'être penché sur le problème et la planche de bord de la nouvelle Suzuki Ignis, tout en étant agréable à regarder, fait preuve d'une ergonomie soignée.

 

C'est notamment le cas du module de commande de l'autoradio à lecteur CD qui sera monté de série sur toutes les versions de la Suzuki Ignis commercialisées sur le marché français.

Positionné tout en haut de la console centrale qui, outre le système audio, intègre les commandes de la ventilation, du chauffage et de la climatisation disponible en option ou de série selon le niveau de finition, on note la présence d'un petit écran qui regroupe les informations les plus essentielles :

  • heure ;
  • consommation instantanée ;
  • température extérieure ;
  • fréquence radio ou piste du CD en train d'être joué.

Quant au compteurs à fond blanc et cerclage chromé, ils donnent une petite touche sportive à cet habitacle qui a définitivement laissé de côté l'aspect un peu cheap qui se dégageait de celui de la précédente version.

 



Puce rouge UN GRAND MERCI À SUZUKI FRANCE

 
Essai Suzuki Ignis 2004 (2)
 
 
 

Conscient qu'il existe encore une clientèle à la recherche de véhicules bon marché, l'importateur français s'efforce de maintenir le prix de ses véhicules dans le bas de la fourchette propre à chacun des segments dans lequel ses produits sont présents. Mais même les clients qui sont avant tout à la "recherche d'un prix", sont devenus plus exigeants en ce qui concerne les équipements présents dans leurs autos.

 

Suzuki France a donc décidé de "gonfler" la dotation de série de ses Ignis.et le premier niveau de finition GL offre donc d'office des équipements qui resteront optionnels sur d'autres marchés :

  • ABS ;
  • deux airbags frontaux ;
  • la direction assistée ;
  • un autoradio CD à 6 HP ;
  • des jantes alliage de 15" ;
  • et des élargisseurs d'ailes.

Quant aux versions GLX, elles reçoivent en plus :

  • la climatisation ;
  • des rails de toit ;
  • des phares antibrouillard ;
  • des airbags latéraux avant ;
  • des appuis-tête actifs limitant les effets du coup du lapin ;
  • et un petit becquet arrière positionné au dessus du hayon.
 



Puce rouge DEUX MOTEURS ESSENCE ET UN TURBO DIESEL

 
Essai Suzuki Ignis 2004 (4)
 
 

Même chez les petites citadines, les turbo Diesel ont aujourd'hui la cote ! Et les concessionnaires Suzuki de se frotter les mains car, justement, la nouvelle Suzuki Ignis va en proposer un, et pas n'importe lequel !

 

Profitant des synergies existant entre les marques de la nébuleuse General Motors, la Suzuki Ignis va en effet disposer, dès la mi-octobre, de l'excellent 1.3 16v Multijet de Fiat que l'on retrouve déjà sous le capot de la nouvelle Punto, de la nouvelle Panda et de la nouvelle Opel Corsa. Ce moteur, qui ne pèse que 130 kg, se permet d'intégrer, en dépit de son incroyable compacité, toutes les technologies propres aux plus modernes mécaniques turbo Diesel.

 

Fort de 70 ch et d'un couple de 170 Nm disponible de 1.750 à 2.500 tr/min, ce groupe propulseur qui, chez Suzuki porte le nom de DDiS, est à l'heure actuelle celui qui offre les meilleures performances spécifiques parmi tous les moteurs à gazole d'une cylindrée comprise entre 800 et 1.500 cm3. Il se montre également aussi frugal que propre puisque, sans l'aide du moindre filtre à particules, ses émissions nocives sont inférieures aux taux prescrits par la future et très sévère norme Euro IV.

 

En essence, la Suzuki Ignis est d'entrée de jeu disponible avec un 1.3 l qui développe 93 ch et un couple de 118 Nm à 4.100 tr/min. En même temps que le turbo Diesel DDiS arrivera un 1,5 l de 100 ch (133 Nm à 4.100 tr/min) qui sera réservé à la Suzuki Ignis 4x4 équipée d'une transmission intégrale permanente. Ces deux moteurs essence disposent d'une distribution à programme variable (VVT) et sont conformes à la norme d'émissions européenne Euro 4.

 



Puce rouge L'ESSENCE PLUS TONIQUE QUE LE DIESEL 

 
Essai Suzuki Ignis 2004 (3)
 
 

La Suzuki Ignis 1.5 l 4x4 n'étant pas encore disponible, c'est avec des Suzuki Ignis 1.3 l essence et Diesel que nous avons parcouru les routes, grandes et petites, du Jura suisse et français, théâtre des premiers essais de cette nouvelle Suzuki.

 

Même si le volant n'est pas réglable, le siège conducteur ajustable en hauteur permet de trouver une bonne position de conduite. Les fessiers les plus délicats auront le droit de trouver l'assise des sièges avant un peu trop ferme. Quant aux passagers arrière, ils n'auront pas à se plaindre de l'espace disponible pour leurs jambes. La position de conduite légèrement surélevée favorise la visibilité et toutes les commandes tombent naturellement sous la main.

 

La direction à assistance électrique est très légère à basse vitesse ce qui facilite les manœuvres, puis se durcit au fur et à mesure que la vitesse augmente, au profit de la précision de conduite. Mais même si le moteur Diesel est du genre poids plume, la version qui en est équipée et qui pèse 65 kg de plus que son homologue essence, nous a semblé plus lourde au volant, sans doute en raison d'un train avant qui supporte à lui-seul cette petite surcharge pondérale. Mais cela reste au niveau des sensations car, sur la route, les deux versions font preuve d'un comportement routier à la fois amusant et sécurisant.

 

Comme tous les moteurs essence japonais, le petit 1.3 l grimpe avec vivacité dans les tours tandis que son admission à calage variable lui confère une agréable souplesse à bas régime. Il autorise donc une conduite plus dynamique que le 1.3 l DDiS dont la plage d'utilisation est plus réduite, technologie Diesel oblige. Les chiffres confirment d'ailleurs cette impression puisque la Suzuki Ignis Diesel rend 5 km/h à sa rivale en vitesse de pointe (155 contre 160 km/h) et réclame 4,9 secondes de plus pour passer de 0 à 100 km/h. A vous de choisir entre dynamisme et économie… à la pompe (pour combien de temps encore ?), la version turbo Diesel étant facturée 1.400 € de plus à finition égale.

 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol

147 285 annonces auto

Nissan Juke

Voir l'annonce

Audi SQ5

Voir l'annonce

Volvo XC60

Voir l'annonce

Volkswagen Tiguan

Voir l'annonce

Fiat 500 X

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Essai Suzuki Ignis 2004 : plus grande, plus polyvalente

Essai (septembre 2003) : mignonne mais pas prétentieuse pour un sou, la Suzuki ignis est une petite voiture polyvalente qui entend se positionner à mi-chemin entre véhicule particulier et SUV...