Essai Fiat Croma 2005 : la berline XXL

 
Marque     Modèle
 
 

A mi-chemin entre berline et break, la nouvelle Fiat Croma ne séduit pas particulièrement par son physique. Mais une fois à bord, vous serez étonnés par l'étendue de ses talents.

 

Date de commercialisation : juin 2005 / Date de l'essai : mai 2005

 
Essai Fiat Croma 2005
 
 

Vous souvenez-vous de la première Fiat Croma lancée en 1985 ? Berline de facture classique avec sa carrosserie tricorps, cette familiale très habitable fut produite à plus de 450 000 exemplaires jusqu’en 1994.

 

Une honorable carrière donc qui n’allait pas cependant pousser le constructeur italien à rester présent dans un segment qui commençait à s’éroder au profit des monospaces et des SUV (4x4 de loisirs) compacts, et dont la part restant aux berline classiques allait devenir de plus en plus la chasse gardée des constructeurs spécialistes allemands, Audi, BMW et Mercedes pour ne pas les nommer.

 



Puce rouge UNE PROPOSITION DIFFÉRENTE

 
Essai Fiat Croma 2005 (2)
 
 

Avant de reprendre sa place sur le segment des familiales, Fiat a pris le temps d’étudier l’évolution du marché et de constater à quel point il était difficile pour un constructeur généraliste de lutter contre les spécialistes : « plantage «  assuré si l’offre est trop décalée (Renault Vel Satis, Opel Signum), trop classique (Peugeot 607) ou trop luxueuse (Volkswagen Phaeton) !

 

Plus de 10 ans de réflexion ont également permis aux responsables du constructeur italien de prendre en compte la part croissante des monospaces et des breaks, ces derniers représentant aujourd’hui 20% des ventes en France (et beaucoup plus encore en Italie) du segment dans lequel va devoir lutter la nouvelle Fiat Croma. Du coup, même si elle est homologuée en « conduite intérieure » comme une classique berline, la grande familiale de Fiat adopte une carrosserie bivolume, originale à défaut d’être très sexy, qui lui donne des allures de break et une hauteur de caisse hors norme qui devrait lui permettre également d’attirer à elle les adeptes de la formule monospace.

 



Puce rouge QUAND LA FONCTION CRÉE LA FORME

 
Essai Fiat Croma 2005 (1)
 
 

La nouvelle Fiat Croma n’est pas de celles qui font se tourner les têtes sur son passage. Elle est pourtant loin d’être laide même si l’on est en droit d’estimer que son auteur, le célèbre styliste Guigiaro, a souvent eu le coup de crayon plus inspiré. A sa décharge, il lui a certainement fallu répondre à un cahier des charges privilégiant, à la sensualité des lignes, le volume habitable et les aspects pratiques.

 

Un peu lourde vue de profil en raison de sa grande hauteur (1,60 m soit 12 cm de plus que la moyenne du segment), la Fiat Croma est plus dynamique vue de trois quart avant ou de trois quart arrière.

Sous le premier angle, on remarque le capot plongeant et une partie avant biseauté de part et d’autre de la calandre ce qui favorise le coefficient de pénétration dans l’air. En témoigne un Cx de 0,28 seulement. Sous le second angle, c’est le relief des ailes de cette auto sur lequel reposent les feux arrière qui attire le regard.

 

Soit dit en passant, le dessin de ces feux confère à la Fiat Croma des airs de Volkswagen Touareg. Et hop, un p’tit clin d’œil aux 4x4 en passant !

 



Puce rouge À L'INTÉRIEUR DE TRÈS BONNES SURPRISES !

 
Essai Fiat Croma 2005 (4)
 
 

En s’installant à bord, on est immédiatement surpris par la présentation flatteuse de l’ensemble de l’habitacle. Les matériaux retenus semblent d’excellente qualité, que ce soit les tissus qui recouvrent les sièges ou les plastiques qui composent la planche de bord.

 

On note aussi le soin apporté à l’assemblage des éléments qui composent la planche de bord. C’est bien simple, on se croirait plus à bord d’une Lancia que d’une Fiat !

 



Puce rouge DE LA PLACE PARTOUT

 
Essai Fiat Croma 2005 (9)
 
 

Longue de 4,75 m, large de 1,77 m, haute de 1,60 m et dotée d’un empattement de 2,70 m, la nouvelle Fiat Croma se situe, par toutes ses dimensions, dans le haut de son segment.

 

En découle une généreuse sensation d’espace proche de celle qu’offre un monospace. D’après les concepteurs de la Fiat Croma, les cotes de l’habitacle ont été calculées pour que tous les gabarits, de 1,50 m à 2 m, se sentent à l’aise à toutes les places.

 

Et c’est vrai qu’avec la hauteur sous plafond générée par la hauteur de la carrosserie, seuls les plus grands basketteurs de la NBA courront le risque de se cogner la tête contre le plafond ou l’immense toit ouvrant panoramique en verre Skydome (5m²) disponible en option pour 1 300 €. Et de la place, il y en a aussi pour les jambes, à l’avant comme à l’arrière. En effet, la position haute des sièges avant a permis de les avancer, ce qui augmente d’autant la place dévolue aux jambes des passagers arrière.

 



Puce rouge UN COFFRE MODULABLE

 
Essai Fiat Croma 2005 (7)
 
 

Par sa contenance, le coffre de la Fiat Croma la place en troisième position parmi les offres du segment. Fiat a donc jugé inutile de doter sa nouvelle berline d’une banquette coulissante.

 

Proposé en option (200 €) et de série sur la plus haute finition, le coffre modulable adopte un plateau de chargement facilement réglable d’une seule main en deux positions :

  • en position haute, le plancher est plat, au niveau du seuil de chargement et dans le prolongement des dossiers de la banquette lorsqu’ils sont rabattus. Sous le plancher, on trouve alors un discret coffre de 16 cm de haut destiné à accueillir les objets fragiles ou précieux ;
  • en position basse, le plateau mobile articulé dégage un volume utile de 490 dm3 avec cache-bagages et sièges arrière en place et jusqu’à 1.610 dm3 avec la banquette rabattue.

En option (100 €) et de série sur la version la plus huppée de la Fiat Croma, le dossier du siège avant passager peut, lui aussi, être rabattu dans le prolongement du plancher ce qui dégage alors une longueur totale de chargement de près de 2,70 m.

 



Puce rouge UN ÉQUIPEMENT PLÉTHORIQUE

 
Essai Fiat Croma 2005 (3)
 
 

La nouvelle Fiat Croma est disponible en quatre finitions, Dynamic, Confort, Elegance GPS et Collezione.

 

A la vue des équipement que reçoit la première finition, il est difficile de parler de « version de base ». Le niveau Dynamic offre en effet de série :

  • une climatisation manuelle (automatique Dual Zone sur toutes les autres) ;
  • 7 airbags dont un airbag de genoux ;
  • un autoradio CD ;
  • une fermeture centralisée ;
  • un ordinateur de bord ;
  • des phares anti-brouillard ;
  • des rétroviseurs électriques ;
  • des sièges avant réglables en hauteur ;
  • des vitres électriques à l’avant comme à l’arrière ;
  • une batterie d’aide à la conduite électronique, un ABS avec aide au freinage d’urgence, un ESP, un antipatinage et même un Hill-holder, système qui permet de se passer de frein à main pour les démarrages en côte.

Barre de toit, régulateur de vitesse, sellerie en velours, volant cuir, capteur de luminosité et de pluie, jantes alliage apparaissent sur le second niveau Confort.

 

Conçue en collaboration avec le département Flottes du groupe Fiat, le niveau Elegance s’adresse en priorité aux professionnels de la route qui apprécieront son système de navigation Connect Nav+ et son téléphone « mains libres ».

 

Quant à la finition Collezione, appellation désormais attribuée à toutes les versions haut de gamme de Fiat, elle se distingue notamment par sa sellerie cuir et ses sièges avant chauffants. Pour tous les détails, voir la fiche technique !  

 



Puce rouge TROIS TURBODIESEL MULTIJET...

 
Essai Fiat Croma 2005 (8)
 
 

Pour mémoire, la première Fiat Croma fut la première voiture de série à recevoir, en 1986, un moteur Diesel à injection directe et c’est l’Alfa Romeo 156 de 1997 qui inaugura la technologie Common Rail.

 

La nouvelle Fiat Croma bénéficie tout naturellement des derniers développements de ces deux technologies qui ont révolutionné les moteurs fonctionnant au gazole.

 

Les trois moteurs turbodiesel dont elle dispose bénéficient donc du système d’injection directe Multijet (injections multiples) de deuxième génération, dont l’évolution la plus importante concerne la puissance et la vitesse de calcul de sa gestion électronique ainsi que le fonctionnement des injecteurs.

 

Le plus puissant des trois turbodiesel Multijet est un 5 cylindres à 20 soupapes qui développe la confortable puissance de 200 ch. Et un couple non moins élevé de 400 Nm à 2.000 tr/min. Ce moteur est exclusivement accouplé à une boîte automatique à 6 rapports et commande séquentielle. De quoi faire de la Fiat Croma une véritable berline de grand tourisme capable de croiser à 216 km/h en se contentant de 8,0 l/100 km en usage mixte.

 

Les deux autres moteurs sont des 1.9 l. Equipé d’une culasse 16 soupapes, le plus puissant des deux développe 150 ch et délivre un couple de 320 Nm à 2.000 tr/min. En version 8 soupapes, ce même 1.9 l développe 120 ch et un couple de 280 Nm à 2.000 tr/min. 200 km/h en vitesse de pointe pour le 150 ch, 195 km/h pour le 120 ch dont la puissance fiscale de 7 ch en fera le favori des responsables de flottes d’entreprises. Les deux 1.9 l sont accouplés à des boîtes manuelles à 6 rapports et le 150 ch peut également recevoir une boîte automatique et commande séquentielle, elle aussi à 6 rapports. Grâce à une consommation contenue, les deux 1.9 l autorisent des étapes de plus de 1.000 km sans ravitailler.

 



Puce rouge SEREINE SUR LA ROUTE

 
Essai Fiat Croma 2005 (5)
 
 

Même si les accords entre Fiat et General Motors ont été dénoncés il y a peu, la Fiat Croma repose sur l’excellente plate-forme de l’Opel Vectra. Il n’y avait donc pas d’inquiétudes à avoir quant à la rigueur de son comportement routier.

 

Nous en avons d’ailleurs eu la confirmation lors de sa présentation, les essais s’étant déroulés sous des orages apocalyptiques. Nous avons pu successivement prendre le volant de la 2.2 l 16v essence, de la 1.9 Multijet 150 ch et, pour finir, de la 1.9 Multijet 120 ch.

 

Compte tenu de la vocation familiale de la Fiat Croma, c’est cette dernière qui nous semble offrir le meilleur rapport prix / agrément. Très silencieux, le 1.9 turbo Diesel de 120 ch fait en effet preuve d’une grande souplesse et réagit franchement à la moindre pression sur l’accélérateur. Confortable même sur les mauvais revêtements, la Fiat Croma se montre rassurante à la limite, les béquilles électroniques n’ayant pas eu à intervenir trop souvent, même dans les conditions dantesques de nos essais.

 



Puce rouge UNE TRÈS BONNE AFFAIRE... À ESSAYER POUR S'EN CONVAINCRE

 
Essai Fiat Croma 2005 (10)
 
 

Oubliez vos a priori sur Fiat et courrez essayer la Croma. Si vous recherchez une grande berline sûre, pratique, très habitable, hyper équipée et dotée de motorisations Diesel aussi efficaces que sobres, la Fiat Croma possède tous les arguments pour vous séduire. Et elle y ajoute des tarifs particulièrement agressifs qui lui permettent de rester toujours moins chère (de 1.000 à 2.000 € à puissance égale) que ses plus proches rivales en versions break, souvent beaucoup moins richement équipées. Un très bon plan !

 



Puce rouge TOUTES LES FICHES TECHNIQUES ET COTES DE LA FIAT CROMA

 
 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol

147 417 annonces auto

Volkswagen Tiguan

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce

Peugeot 2008

Voir l'annonce

Renault Megane IV

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Essai Fiat Croma 2005 : la berline XXL

Essai (mai 2005) : à mi-chemin entre berline et break, la Fiat Croma ne séduit pas particulièrement par son physique. Mais une fois à bord, vous serez étonnés par l'étendue de ses talents...