Essai Mercedes Classe C Break 2008 : utile (un peu) et agréable (très) !

 
Marque     Modèle
 
 

Tout en conservant les formidables qualités dynamiques de la berline dont il dérive étroitement, le nouveau break Classe C de Mercedes optimise son volume intérieur pour devenir la référence du segment des breaks premium en terme de fonctionnalité.

 

Date de commercialisation : mars 2008 / Date de l'essai : novembre 2007


 

Puce rouge MERCEDES CLASSE C BREAK : SOMMAIRE

>> Conception

>> Design

>> Habitabilité

>> Equipements

>> Motorisations

>> Comportement routier

>> A retenir



Puce rouge CONCEPTION

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008 (4)
 
 

Mercedes n’aura pas attendu très longtemps avant de lancer la version break de sa Mercedes Classe C qui, lancée le 31 mars 2007, a enregistré plus de 10 000 commandes en France entre mars et novembre 2007. Pas mal pour une voiture dont les prix démarrent à 29 900 € pour la moins chère des versions essence et à 31 600 € pour la plus « abordable » des versions Diesel.

 

Précisons encore que les versions d’accès de la nouvelle Mercedes Classe C sont loin d’être les plus demandées puisque ce sont les deux finitions hautes, Elegance (20 %) et Avant-Garde (70 %), qui réalisent à elles deux la (grosse) majorité des ventes malgré les 2 000 € supplémentaires qu’elles exigent par rapport à la finition de base Classic.
Les responsables de Mercedes s’attendent tout naturellement à ce que les ventes du break respectent les mêmes proportions que celles de la berline, autant en terme de niveaux de finition que de types de motorisations : 90 % de Diesel !

 

Ils sont tout aussi confiants quant au succès de leur break puisque le segment des breaks premium est en forte croissance. De 1 break pour 5 berlines en 1997, la proportion est de 3 breaks pour 5 berlines en 2007 !

 

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge DESIGN 

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008 (1)
 
 

De la berline Mercedes Classe C, le break hérite de lignes plus musculeuses que celles de son prédécesseur. Il s’en démarque également par un hayon arrière dont la lunette désormais beaucoup moins inclinée favorise le volume de chargement.

 

Le break Mercedes Classe C n’affiche pas pour autant un physique de déménageur et l’on ne peut qu’admirer la manière dont la partie arrière « utilitaire » s’intègre harmonieusement au reste de la carrosserie.

 

Comme la berline, le break Mercedes Classe C reprend les deux types de calandre qui différencient les finitions Classic et Elégance de la finition Avant-Garde : une classique grille chromée surmontée de la fameuse étoile pour les deux premières, une calandre à trois lamelles qui intègre le (très) gros logo de la marque pour la troisième qui se veut plus typée « sport ».

 

D’autres détails permettent de différencier les différents niveaux de finition comme les jantes ou les rails de toit, noirs en finition Classic, chromées en finition Elegance et Avant-Garde.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge HABITABILITÉ

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008 (2)
 
 

S’il ne mesure que 15 mm de plus que la berline, le break Mercedes Classe C est sensiblement plus imposant que celui qu’il remplace : – 60 mm en hauteur, mais + 55 mm en longueur et + 42 mm en largeur.

 

Voilà qui,ajouté à une partie arrière moins arrondie, profite directement au compartiment à bagages qui, sous tablette, gagne 15 dm3, soit 485 dm3. En rabattant (très facilement) la banquette arrière 1/3-2/3, on obtient un volume total de 1.500 dm3 (+146 dm3 par rapport au modèle précédent), un record dans la catégorie des breaks premium.

 

Le compartiment à bagages se distingue également par sa fonctionnalité. Outre un cache-bagages à enrouleur qui intègre un filet vertical de séparation de l’habitacle, le coffre met à votre disposition des œillets d’arrimage, des filets de rangement sur chaque paroi et un compartiment « secret » aménagé en lieu et place de la roue de secours.

 

Un break servant aussi à transporter des personnes, on note une légère augmentation de l’espace aux jambes aux places arrière mais, comme souvent sur les voitures à roues arrière motrices, le tunnel sous lequel passe l’arbre de transmission rend inconfortable la place du centre.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge ÉQUIPEMENTS

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008
 
 

Même si, comme toujours chez Mercedes (et comme chez tous les constructeurs allemands d’ailleurs comme BMW, Audi ou Volkswagen par exemple) la liste des options reste impressionnante, la Mercedes Classe C Break ne joue pas la carte de l’indigence en terme d’équipements.

 

Ainsi, les versions de base Classic offrent déjà :

  • une climatisation automatique ;
  • un ordinateur de bord commandé par les touches d’un volant multifonction réglable en hauteur et en profondeur ;
  • des sièges avant à réglages semi-électriques (assise et inclinaison du dossier) ;
  • une radio CD ;
  • des phares à allumage automatique ;
  • et un régulateur/limiteur de vitesse.

Outre les options communes à la berline (détecteur de pluie, accès « mains libres », aide au stationnement AV/AR, toit ouvrant, phares adaptatifs en virage…), le break Mercedes Classe C dispose d’équipements optionnels spécifiques comme :

  • la fonction EASY-PACK qui permet d’ouvrir et de fermer le hayon d’une simple pression sur une touche ;
  • ou le kit de sécurisation de charge EASY-PACK qui permet de cloisonner le coffre.

Avec les versions Avant-Garde, il est possible d’accéder au pack Sport AMG qui propose :

  • une suspension sport avec des ressorts plus courts et des amortisseurs plus fermes ;
  • des jantes alliage de 17’’ ;
  • et une carrosserie abaissée de 15 mm.

Un autre pack baptisé Advanced Agility permet à la Mercedes Classe C Break de peaufiner un comportement routier déjà exemplaire. Au menu :

  • des amortisseurs régulés électroniquement ;
  • des barres de torsion plus épaisse ;
  • et une direction plus directe.
 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge MOTORISATIONS

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008 (3)
 
 

Outre la version AMG équipée d’un V8 de 457 ch, la Mercedes Classe C Break dispose de quatre blocs essence et de trois blocs Diesel :

  • en essence, un 4 cylindres 1.796 cm3 à compresseur de 156 ch pour la C 180 K, un autre 4 cylindres 1.796 cm3 à compresseur de 184 ch pour la C 200 K, un V6 2.496 cm3 de 204 ch pour la C 230 et un V6 2.996 cm3 de 231 ch pour la C 280 ;
  • en Diesel, un 4 cylindres 2.148 cm3 de 136 ch pour la C 200 CDI, un autre 4 cylindres 2.148 cm3 de 170 ch pour la C 220 CDI et un V6 2.987 cm3 de 224 ch pour la C 320 CDI.

Tous les quatre cylindres, tant en essence qu’en Diesel, sont associés soit à une boîte manuelle à 6 rapports, soit à une boîte automatique optionnelle ((2.000 €) à 5 rapports.

Quant aux six cylindres essence et Diesel, ils peuvent s’accoupler soit à une boîte manuelle à 6 rapports, soit à une boîte automatique optionnelle ((2.150 €) à 7 rapports, à l’exception de la C 350 essence et de la C320 CDI Diesel uniquement proposées en boîte auto 7 rapports.

 

A noter que seule la C 320 CDI (en finition Elegance et Avant-Garde) est disponible avec la transmission intégrale permanente 4MATIC.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge COMPORTEMENT ROUTIER 

 
Essai Mercedes Classe C Break 2008 (5)
 
 

Que ce soit avec la direction classique ou avec la direction paramétrique, la Mercedes Classe C Break offre un excellent senti du train avant. Beaucoup plus directe que par le passé, elle fait preuve d’une précision remarquable, d’un excellent centrage qui favorise la tenue de cap. Oublié également le manque de rappel qui caractérisait il n’y a pas si longtemps les directions de l’ensemble des produits de la marque à l’étoile.

 

Quant aux freins, ils n’appellent aucune critique. L’attaque de la pédale est particulièrement franche et le système classique, disques ventilés à l’avant et disques pleins à l’arrière) fait preuve d’une excellente endurance. Le tout est bien sûr placé sous la protection de nombreuses fonctions gérées par l’électronique comme l’aide au freinage d’urgence, le séchage des disques par temps de pluie ou encore l’aide au démarrage en côte.

 

Bien que plus imposante que celle qu’elle remplace, la Mercedes Classe C break fait preuve de beaucoup plus de vivacité sur la route. Aussi stable sur l’autoroute que précise en courbe, la Mercedes Classe C break offre à son pilote un comportement routier gratifiant et sûr. Merci quand même à l’ESP qui est souvent mis à contribution en sortie de courbe lorsque la chaussée est grasse et que le pied droit se fait un peu trop pesant sur la pédale d’accélérateur.

 

Reste qu’en dépit de qualités dynamiques désormais presque sportives, le confort n’est jamais mis à mal par des suspensions qui, bien que relativement fermes, filtrent admirablement petites et grosses irrégularités de la chaussée.

 

Au final, le break Mercedes Classe C offre un comportement routier aussi gratifiant que celui de la berline dont il dérive, ses 20 kilos supplémentaires n’étant pas suffisants pour modifier son équilibre.

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge À RETENIR 

 
  • Une finition exemplaire :
  • Des moteurs performants qui, pour les quatre cylindres Diesel, consomment 10,3 % de moins que par le passé ;
  • Une agilité surprenante ;
  • Un confort de haut vol ;
  • Des boîtes de vitesses précises lorsqu’elles sont manuelles, douces mais réactives lorsqu’elles sont automatiques, un compartiment de charge généreux…

Que reprocher à cette voiture sinon ses tarifs élevés (mais justifiés ?) qui imposent une importante mise de fonds… que vous récupérerez au moment de la revente, les Mercedes appartenant, surtout en Diesel, à cette catégorie de voitures qui tient admirablement la cote.


Les plus
Coffre très pratique à l’usage
Comportement routier et confort admirables
Excellente position de conduite

Les moins
Tarifs élevés
Options nombreuses et chères
Filtre à particules optionnel

 

 

↑ Haut de page

 

Puce rouge TOUTES LES FICHES TECHNIQUES ET COTES DE LA MERCEDES CLASSE C

 
 
 
 
 
 

 

 

↑ Haut de page

 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol le 21/12/2021

 

Envoyer cet article à un ami

Essai Mercedes Classe C Break 2008 : utile (un peu) et agréable (très) !

Essai (novembre 2007) : tout en conservant les formidables qualités dynamiques de la berline dont il dérive étroitement, le nouveau break Classe C de Mercedes optimise son volume intérieur...