Essai Volkswagen Touran 2003 : une excellente synthèse !

 
Marque     Modèle
 
 

(Date de l'essai : mai 2003)   Sept ans après le lancement du Renault Scénic, quatre ans après la commercialisation du Citroën Picasso et de l'Opel Zafira, Volkswagen semble avoir pris conscience que le segment des monospaces compacts était extrêmement porteur. La marque allemande s'y attaque enfin avec le Touran qui, sous une robe très (trop ?) sage, s'efforce de concentrer tout ce qu'attend la clientèle familiale de ce type de véhicule.  

 
 
Prenez un break Passat, posez une énorme ventouse sur son toit et tirez fortement vers le haut. Il y a de fortes chances pour que vous obteniez une sorte de grand break surélevé qui ressemblera étrangement au nouveau Touran. Tout cela pour dire que les stylistes de Volkswagen ont eu pour consigne de rester très sage, dans le but avoué de plaire au plus grand nombre dans un segment où, à l'originalité des lignes, on préfère la convivialité, l'habitabilité et la modularité.
Même s'il ne fait pas tourner les têtes, le Touran n'est pas pour autant désagréable à regarder, surtout lorsqu'il est équipé de ses barres de toit qui, curieusement, semblent dynamiser ses lignes. C'est en tout cas une vraie Volkswagen avec ce que cela sous-entend en terme de sérieux et de robustesse. Bref, voilà un monospace qui inspire assurément confiance.  
 
 
Touran_2
Le plus grand de la catégorie
L'inflation des gabarits gagne tous les segments, y compris celui des monospaces compacts. Avec ses 4,39 m de long, le Touran, qui mesure 14 cm de plus que le premier Renault Espace, est incontestablement le plus imposant de la catégorie. Comme toujours, le secret de son habitabilité repose sur un empattement étiré au maximum et des porte-à-faux réduits d'autant. Pour cela, le Touran repose sur une toute nouvelle plate-forme que lui empruntera, dès septembre 2003, la nouvelle Golf V. Une plate-forme qui se distingue par des trains roulants compacts et inédits dont tous les éléments ont été positionnés le plus bas possible afin d'abaisser au maximum le centre de gravité. On trouve donc à l'avant de cette voiture des jambes élastiques articulés sur des triangles inférieurs, eux-mêmes fixés à un berceau intermédiaire en alliage léger tandis qu'à l'arrière apparaît un essieu multibras sophistiqué dont la cinématique engendre un faible pincement positif lors de la compression des ressorts de façon à garantir un comportement neutre, voire légèrement sous-vireur. En bonne voiture familiale, le Touran a donc été conçu pour offrir un comportement routier sage et donc rassurant.
 
 
Touran_9
5 ou 7 places au choix
L'Opel Zafira, qui fait figure d'épouvantail grâce à son succès sur le marché européen, fut le premier à proposer sept places. Cette caractéristique semble appelée à devenir la norme dans la catégorie. Voilà qui poussera Renault à proposer le prochain Scénic II en deux versions, une "courte" à 5 places et une "longue" à 7 places. Volkswagen a choisi, lui-aussi, de proposer ces deux configurations, mais dans une même carrosserie...longue forcément. Résultat, en cinq places, le Touran offre un coffre gigantesque de 695 dm3. Si l'on opte - en échange de 610 € supplémentaires - pour les deux sièges de la troisième rangée, la contenance du coffre devient évidemment beaucoup plus symbolique : 121 dm3. A noter qu'une fois repliés, les deux sièges arrière "mangent" le coffre d'une douzaine de centimètres en hauteur.
Comme dans le Zafira, les sixièmes et septièmes sièges accueilleront sans problème de jeunes enfants mais devront être considérés comme des places de secours pour des adultes. L'assise très basse leur imposera en effet d'avoir les genoux sous le menton. Les trois sièges de la deuxième rangée sont logiquement beaucoup plus confortables, même celui du centre pourtant 5 cm moins large que les deux sièges latéraux qui l'encadrent. Tous peuvent être repliés et même déposés avec facilité grâce à un poids contenu à 16 kg. Une fois le siège central replié en tablette, il est possible de décaler les sièges latéraux longitudinalement mais aussi transversalement ce qui permettra aux deux occupants d'avoir beaucoup plus d'aisance au niveau des coudes.
 
 
Touran_5
Rien ne devrait traîner à bord !
Question rangements, le Touran fait le maximum : quatre larges vide-poches de portière pouvant accueillir une bouteille de 1 litres, bacs dans le plancher au niveau de la deuxième rangée, compartiments divers sur la planche de bord, console de pavillon... Dès le second niveau Confort, cet ensemble est complété par des tiroirs sous les sièges avant, des aumônières et des tablettes (avec porte-gobelets) au dos des sièges conducteur et passager avant. Ainsi, selon les niveaux, le Touran peut offrir jusqu'à 39 compartiments de rangement, puisque même les passager du troisième rang disposent de casiers latéraux.
Quant au coffre, dont nous avons déjà souligné le volume généreux en configuration 5 places, il peut offrir pratiquement 2 m3 lorsque tous les sièges arrière sont déposés. Facile à charger grâce à un seuil remarquablement bas (557 mm du sol), il bénéficie d'un hayon pouvant s'ouvrir en deux temps, avec un niveau à 1.822 mm très pratique pour les personnes de petite taille et dans les parkings bas de plafond, et un niveau maximum à 1.958 mm. On regrettera toutefois que ce hayon ne bénéficie pas d'une lunette pouvant s'ouvrir indépendamment.
 
 
Touran_4

Une excellente position de conduite
A l'avant, la position de conduite est typée "automobile" et semble moins surélevée que dans nombre d'autres monospaces. De série sur toutes les versions, le siège conducteur est réglable en hauteur, de même que le volant qui l'est aussi en profondeur. Afin d'offrir au conducteur la meilleure position de conduite possible, Volkswagen a opté pour un accélérateur de type "pédale d'orgue" articulé au plancher. De quoi éviter une fatigue du pied propre à nombre de monospaces, qu'ils soient compacts ou non.
Le conducteur et son passager font face à une planche de bord aux contours nets. Très Volkswagen dans son dessin, elle est rigoureusement assemblée mais la qualité des plastiques qui la composent semble un ton en dessous de ce que l'on à l'habitude de trouver sur d'autres voitures de la marque. En terme de qualité perçue, on est plus proche d'une Polo que d'une Passat. 
 

 
 
Touran_6
Quatre niveaux d'équipements...
Touran, Touran Confort, Touran Sport et Touran Carat. Dès le premier niveau, le monospace de Volkswagen se voit offrir tous les systèmes de sécurité active, dont l'ABS (avec amplificateur de freinage d'urgence) et le correcteur électronique de trajectoire ESP. Quant à la sécurité passive, elle est assurée par des airbags avant frontaux et latéraux mais également par des airbags rideaux pour les places avant et les places extérieures de la seconde rangée. Toutes les places bénéficient d'appuis-tête, ceux de l'avant étant de type "actif" afin de minimiser les conséquences du coup du lapin. Les rétroviseurs chauffants bénéficient de rappels de clignotants intégrés, les vitres avant sont électriques et la console centrale reçoit un autoradio CD. Pour voir ce qu'offre en plus les trois autres finitions, nous vous invitons à consulter la fiche technique.
Un mot cependant sur les petites différences qui permettent de différencier visuellement les différents Touran. Comparé au Touran de base, le Touran Confort se reconnaît à ses barres de toit noires, à sa calandre aux contours chromés ainsi qu'à ses baguettes de protection et poignées ton carrosserie. Il conserve des jantes en tôle mais celles-ci passent de 15 à 16 pouces.
Le Touran Sport se signale par des jantes alliage, des projecteurs anti-brouillard, des barres de toit en aluminium anodisé et des vitres latérales sur-teintées. Quant au Touran Carat, il reprend les éléments distinctifs du Sport mais s'en différencie intérieurement par l'habillage mixte cuir/tissu de ses sièges ainsi que par la montage d'une climatisation automatique "Climatronic". A ce propos, une climatisation semi-automatique "Climatic" est montée de série dès le second niveau Confort.
 
 
Touran_10
... et trois moteurs tous à injection directe
Essence ou Diesel, les trois motorisations proposées pour le lancement du Touran bénéficient toutes d'une injection directe et répondent avec succès aux futures normes antipollution Euro4.
L'unique moteur essence est un nouveau 1.6 l de 115 ch qui se caractérise par son carter en aluminium, par d'excellentes caractéristiques acoustiques et par une consommation contenue grâce aux techniques appliquées pour en limiter les frottements internes. Il permet au Touran de passer de 0 à 100 km/h en 11"9 et d'atteindre 186 km/h pour une consommation moyenne de 7,4 l/100. La gamme essence sera complétée en août par un 1.6 l de 102 ch et, en septembre, par un 2.0 l de 150 ch.
En Diesel, le Touran bénéficie de la dernière évolution du 1.9 TDI. Fort de 100 ch, ce moteur développe son couple maxi de 250 Nm dès 1.900 tr/min. Le Touran TDI 100, qui se contente de 5,9 l/100, atteint 177 km/h et accélère de 0 à 100 km/h en 13"5.
Le moteur le plus enthousiasmant est sans conteste le nouveau TDI 2.0 litres qui marque le début d'une nouvelle époque chez Volkswagen. En effet, en dépit de l'encombrement des fameux injecteurs-pompe qui caractérisent les TDI, ce nouveau 2.0 litres reçoit une culasse à quatre soupapes par cylindre. Comme le 1.9 TDI, il bénéficie d'un turbo à géométrie variable. Au final, ce 2.0 TDI développe 136 ch et un couple maxi de 320 Nm entre 1.750 et 2.500 tr/min. Il permet d'atteindre une vitesse de pointe de 197 km/h et de passer de 0 à 100 km/h en 10"6 seulement tout en ne consommant en moyenne que 6,0 l/100 km.
Tous ces moteurs sont accouplés à une boîte manuelle à 6 vitesses. En option, le Touran 1.6 FSI pourra être équipé d'une boîte automatique Tiptronic à 6 rapports tandis que les TDI pourront recevoir dans quelques mois la révolutionnaire boîte DSG dont le double embrayage permet de monter les rapports sans avoir à lever le pied de l'accélérateur.
 
 
Touran_1
Comportement routier et confort : une excellente surprise
Les responsables châssis auraient-ils enfin renoncé à leurs vieux démons. Même sur les pires ondulations, le Touran est la première Volkswagen qui ne "pompe" pas ! Et comme il vire à plat en contenant parfaitement les mouvements de roulis de la caisse, la petite famille ne devrait jamais être sujette au mal de mer. A l'aise dans les grandes courbes, le Touran se révèle un peu plus pataud dans les virages serrés où il laisse libre court à un comportement nettement sous-vireur. Autant dire que l'ESP ne sera que fort rarement mis à contribution pour corriger une improbable dérobade du train arrière. Tout cela ne confère pas au Touran un comportement très sportif, mais est-ce une "qualité" que l'on est en droit d'exiger d'un monospace familial ? 
 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D.ALLIGNOL

145 342 annonces auto

Peugeot 208

Voir l'annonce

Citroën C3

Voir l'annonce

Citroën C4 Picasso

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Essai Volkswagen Touran 2003 : une excellente synthèse !

Essai : le Volkswagen Touran. Notre spécialiste a testé pour vous le Volkswagen Touran. Mai 2003