Dossier : Acheter son scooter

Réussir l'achat de votre scooter 125 cm3 d'occasion

 

Alors qu’une moto dévoile sans pudeur ses organes mécaniques, un scooter les dissimule sous sa carrosserie. Déceler les problèmes éventuels demande donc une inspection un peu plus minutieuse. Pas besoin cependant d’être un expert pour ne pas se faire rouler. Voici les points essentiels à surveiller.

 
 
 
Scooter Essai scooter 3.jpg
  • Catégorie
Les scooters 125 se divisent en trois catégories distinctes, urbain, sport et GT. Les premiers jouent la carte de la compacité, les seconds justifient leur appellation par une partie-cycle plus rigide obtenue grâce à la présence d’un tunnel central qui annule, hélas, les avantages du plancher plat (plus de place pour les pieds, transport de sacs ou d’objets encombrants, accès « à bord » plus aisé…) tandis que les troisièmes se signalent par un gabarit imposant qui leur permet d’offrir un confort de haut niveau, une excellente protection et un grand coffre sous leur selle.

Une autre caractéristique scinde l’offre des scooters en deux, la taille de leurs roues. Les scooters « normaux » sont équipés de roues dont la taille des jantes peut aller de 10 à 15 pouces. Au-delà (à partir de 16 pouces) le scooter devient un « grandes roues ». Très prisés depuis longtemps en Italie (où on s’y connaît en scooter !), les « grandes roues » sont plus discrets en France même si l’offre est de plus en plus conséquente. Les avantages des grandes roues (stabilité, tenue de route, confort) se paient par un coffre sous la selle de taille restreinte.

  • Ergonomie
Avant d’inspecter votre « futur » scooter, assurez-vous d’abord qu’il est bien adapté à votre taille. Une selle trop haute ou trop large empêchera les petits gabarits de poser les pieds bien à plat sur le sol à l’arrêt. Quant aux grands, ils se retrouveront avec les jambes coincées contre le tablier d’un scooter trop petit, ce qui sera vite inconfortable.

  • Aspect général
Les plastiques qui habillent les scooters souffrent à la moindre chute. Des rayures ne doivent pas vous effrayer, mais des fentes ne pourront que s’agrandir à la longue et imposeront au final le remplacement coûteux de la pièce endommagée. Idem pour une selle présentant une déchirure.

  • La mécanique
Un carter moteur maculé d’huile est le signe de joints usés. Il faut comptez de 100 à 150 € pour les changer. Positionné sous le scooter, le système d’échappement est particulièrement exposé aux projections d’eau. Peints plus souvent que chromés, le coude et la ligne d’échappement peuvent donc finir par rouiller et fuir. Une descente de trottoir peut aussi les avoir écrasés, ce qui affecte le rendement du moteur.
Pour savoir si le scooter a bénéficié d’un entretien suivi, demandez à votre vendeur comment vérifier le niveau d’huile. S’il l’ignore, c’est que l’entretien de son scooter n’était pas son souci majeur.

  • La transmission secondaire
Sur un scooter, la transmission secondaire n’est pas assurée par une chaîne comme sur la majorité des motos, mais par une courroie dont l’espérance de vie moyenne est de 10.000 km. Vérifiez que vous n’aurez pas à procéder rapidement à son remplacement. Prévoyez de 50 à 100 €, pose non comprise pour son remplacement.

  • Les pneumatiques
A cause de leur petite taille, les pneus d’un scooter font plus de tours et s’usent plus vite que ceux d’une moto. Vérifiez que les sculptures présentent une profondeur suffisante (au moins 2 mm).
Si un pneu est plus usé sur un flanc que sur l’autre, c’est que le cadre a été faussé suite à une chute.

  • Les freins
Contrôlez l’épaisseur des plaquettes et l’état de la surface des disques. Ils ne doivent pas être trop rayés ni trop creusés au niveau de la piste de freinage. Pour le savoir, passez vos doigts sur le bord supérieur des disques. Il ne doit pas présenter un bourrelet trop prononcé.

  • La fourche
La fourche ne doit pas présenter de fuite au niveau de ses joints. Les tubes plongeurs chromés ne doivent pas présenter de rayures. Risques de fuite d’huile !
La vérification de l’amortisseur arrière peut se faire de la manière suivante. Appuyez fermement sur l’arrière de la selle ou le porte-paquet puis relâchez votre pression. L’arrière du scooter doit remonter sans rebond.
 
 

Bon à savoir !
  • 125 cm3 : formation obligatoire
Depuis juillet 1996, il suffisait d’être en possession d’un permis auto (permis B) depuis plus de deux ans pour avoir le droit de prendre le guidon d’une 125 cm3. Depuis le 1er janvier 2007, les choses ont un peu changé.
Tous les nouveaux titulaires du permis B sont en effet tenus de suivre une formation de trois heures minimum pour pouvoir piloter une 125. Assurée par les moto-écoles, cette formation vous coûtera environ 150 €.
Mais ce n’est pas tout ! La nouvelle législation impose en effet de laisser « vieillir » votre nouveau permis deux ans avant qu’il ne bénéficie de l’équivalence entre permis auto et permis moto 125. Autrement dit, si vous avez passé (et réussi) votre permis auto le 1er mars 2009, vous ne pourrez prendre le guidon d’une 125 cm3 que le 1er mars 2011… à moins de passer le permis A1 !

  • 125 cm3 : scooter ou moto ?
 
 
Scooter 125 3.jpg
Les avantages du scooter...
  • Facilité d’emploi
Comparé à une moto, le scooter s’impose par sa facilité de prise en main. Un accélérateur, deux leviers pour les freins et c’est tout ! La boîte de vitesses cède la place à un variateur qui se charge de maintenir le moteur au régime idéal tandis qu’un embrayage automatique empêche tout risque de calage au démarrage.
  • Propreté
Entièrement caréné, le scooter met vos jambes à l’abri des projections. Comme il n’y a pas de chaîne à graisser, oubliées les projections grasses qui maculent la roue arrière.
  • Protection
Entre le tablier avant qui protège le bas du corps et le pare-brise (souvent d’origine et toujours disponible en accessoire) qui protège le torse et même la tête, le scooter permet d’affronter une petite averse sans avoir à revêtir une tenue de pluie spéciale.
  • Aspects pratiques
Une grande majorité de scooters offre un coffre sous leur selle. En fonction des modèles, ce coffre peut accueillir au minimum un casque jet, au maximum deux casques intégraux. A ce coffre, viennent souvent s’ajouter de pratiques rangements aménagés dans le tablier avant. Ajoutez un top-case et vous voilà à même d’embarquer pratiquement autant de bagages qu’à bord d’une Mini !
  • Maniabilité
Avec ses petites roues (de 12 à 16 pouces) et son court rayon de braquage, le scooter offre une maniabilité exceptionnelle qui facilite les slaloms entre les files de voitures. Attention à ne pas en abuser !

... et ses inconvénients !
  • Comportement routier
Les scooters ont accompli d’énormes progrès en terme de tenue de route, ne serait-ce qu’en raison des progrès réalisés par leurs pneumatiques. Il n’empêche, les petites roues d’un scooter ne favorisent pas la stabilité, ni à grande vitesse, ni en cas de freinage appuyé. Méfiance sur le mouillé où il vous faudra agir sur le frein avant avec un minimum de doigté… à moins d’opter pour un scooter équipé d’un ABS.
  • Confort
Les suspensions d’un scooter offrent de moins grands débattement que celles d’une moto. Les petits chocs sont donc moins bien absorbés. De plus, la position assise ne permet pas d’encaisser les gros chocs avec les jambes.
  • Vol
Les scooters sont beaucoup plus convoités que les motos. Si votre futur deux roues est appelé à coucher dehors, investissez dans de solides antivols…
 
 
karion Z 5
Les avantages de la moto...
  • Look
Routières, customs, sportives, trails… Les motos de 125 cm3 reprennent les mêmes catégories que les « grandes » et certaines d’entre elles font réellement « grosses motos » (Honda Varadero, Yamaha TW…) ce qui valorise leurs propriétaires.
  • Plaisir de piloter
Le pilotage d’une moto, même de 125 cm3 est plus « actif », et donc plus passionnant que celui d’un scooter. Et si vous rêvez depuis votre plus tendre enfance de piloter une moto, n’hésitez pas ! Commencer par la 125 est un excellent moyen de se faire la main avant de passer à une cylindrée supérieure.
  • Coût
La plupart des motos de 125 cm3, et tout particulièrement les basiques, sont beaucoup moins chères que les scooters. Grosses économies en prévision également en ce qui concerne l’assurance et le poste carburant.
  • Polyvalence
Alors que les scooters 125 doivent se cantonner à une utilisation essentiellement urbaine, les motos peuvent plus aisément sortir de la ville, et même quitter de temps en temps le bitume si vous optez pour un trail.
  • Tenue de route
Les grandes roues d’une moto ont un effet « autostabilisant » que ce soit en courbe ou à grande vitesse. Conduite à un rythme soutenu, une moto sera toujours plus rassurante qu’un scooter… à moins de choisir un scooter à grandes roues, une catégorie particulièrement prisée en Italie et qui monte en puissance en France.

... et ses inconvénients !
  • Protection
Ou plutôt absence de protection ! Il faut une tenue appropriée (blouson et chaussures montantes, au minimum) qui n’est pas toujours en adéquation avec vos obligations professionnelles. De plus, le recours à une tenue de pluie s’impose à la moindre averse, et comme les rangements sont rares sur une moto, le sac à dos ou le top-case monté en accessoire sont pratiquement incontournables.
  • Entretien
Une moto réclame un minimum de soins. Si la transmission secondaire d’un scooter fait appel à une courroie qui ne nécessite aucun entretien, celle d’une moto a recours à une chaîne qu’il convient de graisser régulièrement pour en préserver la longévité.
 

Article suivant : Bien acheter votre maxi-scooter d'occasion

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D.Allignol

165 747 annonces auto

Kia Picanto

Voir l'annonce

Dacia Logan

Voir l'annonce

Kia Sportage

Voir l'annonce

Peugeot 3008

Voir l'annonce

Mercedes Classe E

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Acheter son scooter