Essai Citroën C2 VTS 2004 : une petite sportive abordable

 
Marque     Modèle
 
 

Les petites sportives pas trop chères se font de plus en plus rares. Une bonne raison de remercier Citroën pour sa C2 VTS qui, grâce à son excellent rapport prix/performance, se pose en digne héritière des AX Sport, GT et GTI et de la regrettée Saxo VTS.  

 

Date de commercialisation : août 2004 / Date de l'essai : octobre 2004



Puce rouge UNE PETITE BOURGEOISE TRANSFORMÉE EN PETITE SPORTIVE

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (9)
 
 

Même si cette voiture se pare de quelques attributs sportifs (bouclier, jupes latérales, becquet arrière), la Citroën C2 VTR qui est animée au choix par un 1.4 l de 75 ch, un 1.6 l de 110 ch ou un turbo-Diesel 1.4 l de 70 ch, joue plus la carte du luxe (tout est relatif !) que celle de la sportivité.

 

Changement de ton avec la Citroën C2 VTS qui, si cette berline dérive étroitement de la VTR et ne s’en distingue esthétiquement que par de nouvelles jantes alliage de 16’’ et un embout d’échappement chromé, gagne incontestablement en tempérament grâce à une mécanique body buildée et à des trains roulants aux réglages spécifiques.

 



Puce rouge 15CH EN PLUS, 4NM EN MOINS

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (2)
 
 

Bien évidemment, c’est sur le plus gros bloc essence de la Citroën C2 VTR que les motoristes de Citroën ont porté leurs efforts pour en améliorer les performances.

 

En équipant ce 1.6 l (1.587 cm3 exactement) d’un nouveau système d’injection, d’un répartiteur d’admission spécifique, d’une ligne d’échappement retravaillée et de nouveaux arbres à cames modifiant les lois de levée des soupapes, ils ont réussi à gagner 15 ch supplémentaires, quitte à perdre un peu en valeur de couple.

 

Comparé au 1.6 l de la Citroën C2 VTR, le 1.6 l de la C2 VTS développe 125 ch à 6.500 tr/min au lieu de 110 ch à 5.750 tr/min et délivre un couple maxi de 143 Nm à 3.750 tr/min au lieu de 147 Nm à 4.000 tr/min.

Contrairement au 1.6 l de la C2 VTR qui est accouplé exclusivement à une boîte mécanique robotisée SensoDrive, le 1.6 l de la VTS délivre sa puissance aux roues avant via une boîte manuelle à 5 rapports dont les rapports « courts » visent à privilégier la vivacité des montées en régime.

 



Puce rouge UN CHÂSSIS RETRAVAILLÉ

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (3)
 
 

Toutes les voitures Citroën C2 se distinguent par un comportement sûr et équilibré. Les modifications apportées aux trains roulants de la Citroën C2 VTS visent donc essentiellement à accroître le dynamisme et les sensations de conduite. Les lois d’amortissement et de flexibilité sont délibérément plus fermes que sur la Citroën C2 VTR. Elles se caractérisent par une barre antiroulis avant plus épaisse (21 mm au lieu de 20 mm) et par de nouveaux ressorts avant et arrière plus fermes.

 

Comme sur toutes les autres Citroën C2, la direction de la C2 VTS fait appel à une assistance électrique Koyo mais sa démultiplication a été réduite. Il suffit de 2,6 tours de volant pour aller de butée à butée au lieu de 3,2 tours sur les autres versions.

 

Le système de freinage n’a pas été modifié. Comme sur la CItroën C2 1.6 l de 110 ch, il fait appel à des disques avant ventilés et à des disques arrière pleins. Le tout est placé sous le contrôle d’une centrale électronique qui gère l’ABS, le répartiteur, l’aide au freinage d’urgence et le contrôle de stabilité ESP qui est entièrement déconnectable.

 



Puce rouge AMBIANCE SPORTIVE

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (6)
 
 

L’habitacle de la Citroën C2 VTS bénéficie d’un traitement spécifique. La nouvelle harmonie noire des sièges est associée à des éléments translucides gris minéral au niveau des poignées des portes. Volant cuir, pommeau de levier de vitesses en aluminium, cerclage gris minéral autour du soufflet de levier de vitesses et pédalier aluminium se chargent d’apporter l’indispensable touche sportive. On retrouve exactement la même instrumentation que sur les autres Citroën C2, y compris le minuscule compte-tours bien peu lisible ce qui est dommage sur une voiture sportive.

 

La Citroën C2 repose sur une plate-forme de la Citroën C3 raccourcie de 15 cm au niveau de l’empattement. L’habitabilité n’est donc pas son point fort. Heureusement, grâce à la banquette arrière coulissante, deux adultes peuvent prendre place sans trop de peine à l’arrière. Mais, reculée au maximum, la banquette réduit alors considérablement la contenance du coffre à bagages. De 224 dm3 sa contenance passe alors à 166 dm3. A vous de choisir entre passagers et bagages. A noter que le chargement de ces derniers (les bagages, pas les passagers) est facilité par un hayon en deux parties.

 



Puce rouge UN ÉQUIPEMENT COMPLET

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (4)
 
 

Si la VTS est la plus sportive de la gamme Citroën C2, cette auto en est aussi le porte-drapeaux. A ce titre, et compte tenu de son prix raisonnable, elle dispose d’un équipement complet qui comprend :

  • une climatisation manuelle ;
  • un ordinateur de bord ;
  • un autoradio CD avec commandes au volant ;
  • deux airbags frontaux et deux airbags latéraux.

La liste des options est courte puisqu’elle se limite :

  • au système de navigation ;
  • à la peinture métallisée ;
  • et à la climatisation régulée incluse dans un pack offrant également une boîte à gants réfrigérée, un essuie-vitre avant automatique, des phares à allumage automatique, des rétroviseurs extérieurs chauffants et un pare-brise athermique.
 



Puce rouge FERME MAIS PAS INCONFORTABLE

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (5)
 
 

Avec ses suspensions fermes et ses pneus à profil ultra bas, la Citroën C2 VTS joue plus la carte de l’efficacité que celle du confort ouaté. Quoi de plus normal pour une sportive !

 

Néanmoins, si les petites irrégularités sont parfois sèchement répercutées, la qualité de l’amortissement et le confort offert par les sièges (ils ne pêchent que par un manque de maintien latéral) permettent d’absorber efficacement les grandes ondulations. Résultat, pour une sportive, la Citroën C2 ne peut être qualifiée d’inconfortable.

 



Puce rouge RIVÉ AU SOL !

 
Essai Citroën C2 VTS 2004 (8)
 
 

Grâce à l’amplitude des réglages offerts au conducteur, il est très facile de trouver une parfaite position de conduite. A basse vitesse, la direction surprend par sa légèreté mais aussi, et surtout, par le rappel brutal du volant vers le point milieu. Mieux vaut l’accompagner lors des manœuvres !

 

Le reste du temps, la direction de la Citroën C2 VTS est un régal de précision.

Elle commande un train avant qui motrice parfaitement et qui permet de placer la voiture exactement là où on veut que ce soit dans les grandes courbes ou les virages les plus serrés. La Citroën C2 VTS vire parfaitement à plat et son train arrière, impassible, suit le mouvement sans broncher. Même les artifices de pilotage du genre « lever de pied » n’arrivent pas à le perturber. La Citroën C2 VTS fait donc preuve à la fois d’efficacité et de sûreté, mais se révèle moins joueuse et un peu moins agile que la défunte Citroën Saxo VTS.

 

Quant au freinage, il fait preuve d’autant de puissance que d’endurance. Mais on se passerait volontiers de l’assistance au freinage d’urgence qui n’a pas sa place sur une voiture sportive. Au moindre freinage un peu appuyé, le système amplifie votre action sur la pédale ce qui perturbe le feeling et ne facilite pas la pratique du talon pointe.

 



Puce rouge UN MOTEUR PERFORMANT MAIS UN PEU AVARE EN SENSATIONS

 

En bonne voiture moderne, la Citroën C2 VTS est beaucoup plus lourde que la Saxo VTS qu’elle remplace et son rapport poids/puissance apparaît donc moins favorable. Grâce aux rapports courts de la boîte, les performances sont tout de même au rendez-vous et la Citroën C2 VTS réussit à couvrir le 1.000 m départ arrêté sous le seuil symbolique des 30’’. Très souple, le 1.6 l accepte sans broncher de tourner à très bas régime, ce qui est un avantage dans le cadre d’une conduite urbaine.

 

Dans le cadre d’une conduite sportive, il ne faut pas hésiter à le maintenir au dessus de 5.000 tr/min, régime à partir duquel il se montre plus rageur et grimpe alors avec une certaine allégresse jusqu’à son régime maxi (7.200 tr/min). Bien étagée, la boîte aux rapports courts est douce à manipuler mais elle pêche un peu au niveau de la précision du guidage de son levier.

 



Puce rouge LES PETITES ROUTES, OUI. L'AUTOROUTE, NON !

 

Si vous avez besoin d’une voiture pour circuler majoritairement en ville ou sur les grands axes, passez votre chemin. Les rapports courts de la boîte imposent au moteur de la Citroën C2 VTS de tourner le plus souvent à des régimes élevés ce qui rend vite lassantes les grandes étapes autoroutières.

 

En revanche, si vous adorez conduire et si vous habitez une région où les petites routes viroleuses sont légions, n’hésitez pas, la Citroën C2 VTS vous comblera de joie. Même si elle est un peu moins amusante (mais moins exigeante aussi) à conduire que la défunte Saxo VTS, c’est sans doute elle qui, au sein de la production actuelle, offre l’un des meilleurs rapports prix/plaisir.

 



Puce rouge TOUTES LES FICHES TECHNIQUES ET COTES DE LA CITROËN C2

 
 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol

147 424 annonces auto

Mercedes Classe B

Voir l'annonce

Suzuki Grand Vitara

Voir l'annonce

Mercedes Classe C

Voir l'annonce

Renault Megane IV

Voir l'annonce
 

Envoyer cet article à un ami

Essai Citroën C2 VTS 2004 : une petite sportive abordable

Essai (octobre 2004) : les petites sportives pas trop chères se font de plus en plus rares. Une bonne raison de remercier Citroën pour sa nouvelle Citroën C2 VTS et son excellent rapport prix/performance...