Essai Citroën C1 2005 : la ville est son domaine

 
Marque     Modèle
 
 

Offre d’entrée de gamme de Citroën, la petite C1 se démarque de sa copie conforme la Peugeot 107 par un tarif légèrement inférieur. Mais ce n’est vrai que pour la version de base.

 

Date de commercialisation : juin 2005 / Date de l'essai : juin 2005

 
Essai Citroën C1 2005 (2)
 
 

Citroën C1, Peugeot 107, Toyota Aygo : les trois clones issus de la coopération entre PSA Peugeot Citroën et Toyota Motor Corporation partagent de nombreux éléments communs d’où leurs silhouettes quasiment identiques.

 

De la petite bande des trois, c’est la japonaise qui est allé le plus loin dans la personnalisation avec une découpe de porte arrière, une partie avant et une partie arrière exclusives.

 

Pour les deux voitures françaises, ce sont essentiellement les logos qui ornent leur capot et leur hayon vitré qui permettent de les différencier, même si un œil exercé notera quelques minimes différences dans le dessin des optiques avant ou dans la découpe de la prise d’air qui intègre, sur l’une comme sur l’autre, un gros bandeau protecteur. Toujours est-il que la Citroën C1 possède une bouille avenante et qu’elle s’intègre sans problème au reste de la gamme

 



Puce rouge LA MOINS CHÈRE, C'EST ELLE !

 
Essai Citroën C1 2005 (3)
 
 

Histoire de se démarquer de la berline 107 et d’affirmer aussi le positionnement plus « populaire » de Citroën par rapport à Peugeot, la Citroën C1 « de base » démarre ses tarifs 250 € en dessous de ceux de la petite lionne : 8.250 € au lieu de 8.500 €.

 

Pour arriver à creuser cet écart, Citroën a eu recours à une astuce toute bête : supprimer la direction assistée… disponible en option pour 250 €. Du coup, souscrire à cet équipement, qui renforce incontestablement l’agrément de conduite d’une citadine appelée à manœuvrer souvent, remet bien vite nos deux françaises à égalité.

 

D’ailleurs les versions qui bénéficient des finitions supérieures offrant strictement le même niveau d’équipement (Pack pour Citroën, Trendy pour Peugeot) s’affichent exactement au même prix. Autant dire qu’opter pour la Peugeot ou la Citroën ne fera pas appel à des critères rationnels mais sera avant tout dicté par l’attachement à l’une ou l’autre des deux marques où à la proximité de leurs concessionnaires respectifs.

 



Puce rouge OPTEZ POUR LA PACK !

 
Essai Citroën C1 2005 (4)
 
 

Nous ne pourrons rien vous dire sur la version de base sans direction assistée puisque toutes les voitures mises à notre disposition lors de la présentation officielle étaient des « haut de gamme » Pack qui proposent cet équipement de série ainsi que quelques autres douceurs :

  • volant réglable en hauteur ;
  • banquette avec dossier rabattable 50/50 ;
  • appuis-tête arrière ;
  • condamnation centralisée par plip ;
  • fixation Isofix pour deux sièges enfant ;
  • airbags latéraux avant et vitres avant électriques.

Extérieurement Citroën C1 base et Citroën C1 Pack se distinguent par la présence, sur les secondes de baguettes de protection latérales teintées dans la masse et par des coquilles de rétroviseurs extérieurs et des poignées de portes ton caisse.

 

Voilà qui contribue à faire de la Citroën C1 Pack une voiture plus avenante que la version de base mais qui réclame un effort financier tout de même conséquent de 1 050 € auquel viendra presque obligatoirement s’ajouter le montant de quelques indispensables options comme le système audio (300 €) ou la climatisation manuelle (900 €).

 

 



Puce rouge UNE "ROUTIÈRE" HONNÊTE...

 
Essai Citroën C1 2005 (1)
 
 

Une citadine est avant tout destinée à rouler en ville, mais c’est sur quelques belles routes des environs de Marseille que nous avons fait connaissance avec la Citroën C1.

 

Comme lors de la présentation de la Toyota Aygo, seul des moteurs essence 1.0 élaborés par Toyota se dissimulaient sous les petits capots bombés de « nos » autos. Le petit 3 cylindres de 68 ch nous a une fois de plus bluffé par sa tonicité et par sa sonorité, même si celle-ci se fait un peu trop présente à haute vitesse sur autoroute.

 

Reste que pour obtenir de bonnes reprises, il ne faut pas hésiter à grimper dans les tours, le moteur donnant le meilleur de lui-même au dessus de 4.000 tr/min. Un bon point, même mené à la cravache, ce 1.0 l de conception très moderne (distribution à calage variable VVT) fait preuve d’une sobriété remarquable.

 

Précise et vive, la Citroën C1 accepte une conduite enjouée sur les petites routes sur lesquelles seule la relative sécheresse des suspensions vous invitera à lever (un peu) le pied si le revêtement n’est pas parfait. 

 



Puce rouge LE BOOM DES VOITURES PAS CHÈRES

 
Essai Citroën C1 2005
 
 

Si la Citroën C1 est l'une des moins chères des voitures françaises (made in République tchèque !), elle ne manque pas de concurrentes françaises et étrangères facturées en dessous de 9.000 € : la Peugeot 107 bien sûr et la Renault Twingo, mais aussi la Volkswagen Fox, les Fiat Seicento et Panda, la Kia Picanto, la Daihatsu Cuore, la Hyundai Atos Prime, la Suzuki Alto, la Chevrolet Matiz (ex Daewoo), la Smart Fortwo Pure, la Toyota Aygo (évidemment !), sans oublier la Dacia Logan qui, pour le même prix que toutes ces mini citadines offre les prestations… et le coffre d’une grande berline.

 

Reste qu’avec sa frimousse amusante, sa compacité, son moteur vivant, son bon niveau de sécurité active, la petite Citroën C1 devrait sans problème trouver sa place au milieu de toutes ces citadines qui s’apprêtent à investir les rues de nos citées encombrées.

 



Puce rouge TOUTES LES FICHES TECHNIQUES ET COTES DE LA CITROËN C1

 
 

Trouvez votre voiture

ou Vendre sa voiture d'occasion

D. Allignol le 21/12/2021

 

Envoyer cet article à un ami

Essai Citroën C1 2005 : la ville est son domaine

Essai (juin 2005) : offre d'entrée de gamme de Citroën, la petite Citroën C1 se démarque de sa copie conforme la Peugeot 107 par un tarif légèrement inférieur...